Grimp'RSS

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierFlux principal

Video: Adam Ondra, Wonderland, 9b/+

29 juin 2022 à 19:53

En mars dernier, Adam Ondra a réalisé ce qu’il présente comme la voie la plus dure d’Italie, “Wonderland” 9b/+ sur le site de Terra Promessa (Arco), la jugeant donc d’un niveau supérieur à “Erebor”. Voici la vidéo et le commentaire de l’intéressé suite à cette croix qu’il estime être le point d’orgue de son année escalade 2022.

“Même si la falaise s’appelle Terra Promessa, je n’avais pas pensé auparavant qu’elle accueillerait la voie la plus difficile d’Arco et d’Italie. Les voies dures de niveau 8b/8c ont été développées principalement par Reini Scherer à la fin des années 90 et depuis le développement de cette falaise s’était quasiment arrêté.
Il y avait encore pas mal d’endroits où le rocher était vierge, mais la question était de savoir si ça grimperait en libre. Alfredo Webber, une fois de plus, a su déceler cette merveilleuse ligne, s’est motivé et a équipé la voie, mais le point d’interrogation concernait le tout début. J’ai trouvé une boucle légèrement à gauche en utilisant quelques pinces plates et de minuscules arquées, j’ai bougé 3 spits, et il est devenu évident que la ligne était possible !
Nous avons travaillé le projet quelques jours à l’automne avec Stefano Ghisolfi. Finalement, j’ai senti que j’étais assez proche de faire la voie, mais malgré cet hiver extrêmement sec, la falaise n’est pas vraiment un spot d’hiver et la colo du crux a de plus en plus mouillé. La voie a séché en mars et après quelques jours de travail, j’ai fait la première ascension en libre de “Wonderland”, une de mes premières ascensions dont je suis le plus fier.
En ce qui concerne la cotation, je sais que la voie est considérablement plus difficile que la plupart des 9b, mais c’est difficile de savoir si elle franchit vraiment la barrière du 9b+…”

Photo : Petr Chodura

In March, Adam Ondra did the first ascent of what he called the hardest route in Italy with “Wonderland” 9b/+ located in Terra Promessa, Arco. Here is the video of the send and his comment about his “biggest achievement this year so far”!

“Even though the crag is called Terra Promessa (Promised Land), I hadn’t thought that it would once host Arco’s and Italy’s hardest route. The hard routes around 8b and 8c were developed mainly by Reini Scherer in the late 90s and since the development of this crag has mostly stopped.

There were still quite a few spots where the rock was untouched, but the question was if it would go. Alfredo Webber, once again, saw this wonderful line, put the effort, and placed the bolts, but the question mark was about the very beginning. I found a detour slightly to the left using a few very slopy pinches and tiny crimps, replaced 3 bolts, and it was obvious that line was possible !

We worked on the route for a few days in the autumn with Stefano Ghisolfi. Eventually, I felt I was quite close to sending, but despite this winter being extremely dry, this crag is not exactly winter crag and the crucial tufa kept seeping. The route dried up in March and after a few days of work, I did the first free no-fall ascent through “Wonderland”, some of my proudest first ascents.

Regarding the grade, I know it is considerably harder than most of the 9b’s, but if it really breaks into the 9b+ barrier, it is really difficult to know…”

Photo: Petr Chodura

L’article Video: Adam Ondra, Wonderland, 9b/+ est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Luisa Deubzer réalise Speed intégrale 9a – Luisa Deubzer climbs Speed intégrale 9a (+ interview & video)

29 juin 2022 à 08:09

La très discrète mais néanmoins redoutable allemande Luisa Deubzer (aka”Lulu”) vient de réaliser “Speed intégrale” à Voralpsee en Suisse. La seconde ascension de la voie déjà cette année, quelques jours après Mel Janse Van Rensburg, talenteux franco-Sudafricain de 20 ans. Luisa est la seconde grimpeuse à gravir la voie 4 ans après Barbara Zangerl, une entrée dans le neuvième degré aussi iconique qu’esthétique ! Depuis le début de l’année Luisa est en forme : elle avait réalisé la voie trad “Prinzip Hoffnung’ 10/10+ (8b+) en mars, et ensuite deux 8c dans la région “assez vite pour ses standards”. On ne peut que croire qu’ils étaient annonciateurs d’une arrivée à maturité pour cocher une voie de ce niveau. La suite plus en détails dans cette interview et la vidéo de la fin de l’essai gagnant.

– Tu es très discrète, peux-tu nous en dire plus sur qui tu es, ce que tu fais dans la vie ?
J’ai 28 ans, je grimpe depuis presque 20 ans, j’ai fait des compétitions dans ma jeunesse, et ma passion pour l’escalade est, à ma grande surprise, toujours en train de grandir chaque année. Au cours de la dernière année, j’ai fait de l’escalade une priorité, travaillant à temps partiel dans une salle d’escalade en tant qu’instructeur et ouvreur afin d’avoir davantage de temps. Récemment, j’ai aussi commencé à travailler pour une fondation qui promeut la durabilité et la sécurité en montagne.

– Je sais que tu es très investie dans l’environnement, comment cela se traduit-il dans ta vie de tous les jours et dans ta vie de grimpeuse ?
Bonne question… D’abord et avant tout, ça se traduit par plein de complications dans les décisions de la vie de tous les jours. Dans l’ensemble, j’essaie de réduire mon impact, mais il y a beaucoup de place pour faire plus, et mes efforts vont et viennent. Les deux choses qui ont le plus reflété mes valeurs au fil du temps sont d’être végétalienne depuis 7 ans maintenant et ne pas avoir pris l’avion au cours des 6 dernières années.
Celles-ci donnent l’impression de ne pas exiger beaucoup de moi alors qu’elles ont un impact important sur mon empreinte personnelle. Je pense qu’il est important de commencer là où cela vous semble le plus facile personnellement et à partir de là, développez ses efforts. Il est facile de se laisser décourager si vous ne pouvez pas le faire parfaitement et que vous finissez par le faire n’importe comment.
Je peux encore beaucoup m’améliorer quand il s’agit d’aller en falaise à la maison. J’essaie de réfléchir si j’ai réellement besoin de la voiture ou si c’est facilement faisable en train (quand j’ai travaillé “Prinzip Hoffnung” par exemple, c’était facile de prendre le train, et comme j’y allais seule la plupart du temps c’était souvent une non-prise de tête). Mais maintenant, surtout à la phase finale de mon projet dans “Speed”, j’allais beaucoup en voiture, parfois même seule, tôt le matin, ce qui est, à tous égards, un sacré trajet pour une excursion d’une journée.
En tout cas, je pense que c’est toujours un équilibre délicat entre motiver les gens à changer leurs habitudes de vie et de trop se concentrer uniquement sur les actions individuelles. Pour réaliser réellement une transition, nous devons aborder des changements systémiques au niveau politique. Les actions individuelles sont importantes pour montrer notre engagement et forger de nouveaux récits, mais nous ne pouvons pas résoudre cette crise uniquement en changeant notre consommation individuelle en termes de comportement. Quand bien même cela ne nous rassurerait en termes de responsabilité individuelle, nous avons besoin de changement aux deux niveaux.

Luisa Deubzer Speed intégrale 9a
Photo: José Cabrita

– Fais-tu seulement de la falaise ou t’intéresses-tu aussi aux autres facettes de notre activité ?
J’aime me faire botter les fesses et élargir ma zone de confort, c’est pourquoi j’aime le côté varié de l’escalade dans le sens large du terme. J’ai pas mal élargi mes compétences dans les autres formes d’escalade au cours des dernières années en tant que membre de l’actuel “Groupe des jeunes alpinistes” entièrement féminin de l’Alpine Club (même si je suis toujours nulle dans différentes formes d’alpinisme). Selon la saison, la météo et motivation, j’ai des périodes où je fais plus de glace et de mixte, je fais des grandes voies ou une montagne ici et là. En fin de compte, cependant, mes points forts résident dans l’escalade sportive.
Le lendemain de la réussite de “Speed”, je suis partie sur une grande-voie de difficulté modérée, pour la première fois cette saison sur du granite, et j’ai littéralement dû passer en artif les 5 derniers mètres d’une longueur en 6c +, parce que j’étais complètement épuisée et ne pouvais plus faire un seul mouvement. J’adore les jours comme celui-ci, ils t’invitent à rester humble et à garder la passion car ils sont stimulants et amusants, avec une vision différente de l’escalade sportive.

– Qu’est ce qui t’a amené à essayer cette voie, as-tu dû t’entraîner spécifiquement pour y arriver ?
Peux- tu nous en dire plus, sur comment ça s’est passé et ce que tu as dû mettre en place pour y arriver ?

Je suis allée régulièrement à Voralpsee ces dernières années car je n’habite pas très loin. J’ai toujours su que s’il y avait un endroit où je pouvais grimper fort, ce serait ici. Je pense qu’il est juste de dire que le style me convient très bien et en plus je m’y suis assez adaptée au fil des années. “Speed intégrale” m’a impressionnée dès le début, pour des raisons évidentes : elle remonte la barre sur la partie la moins prisue du mur et quand je regardais des gens essayer, ça avait l’air incroyablement dur.
Il y a 3 ou 4 ans, j’avais déjà essayé les mouvements de “Speed” ​​​​une journée et j’étais très surprise de pouvoir réaliser la plupart d’entre eux tout de suite, celà me semblait si loin de mon niveau à l’époque ! Depuis, c’était devenu un rêve de gravir cette voie un jour, mais j’étais assez convaincue que j’étais encore loin de mon but ultime en escalade sportive.

Cette année, c’était la première fois que je voulais l’essayer sérieusement à nouveau. Je savais d’avance que je devais m’y préparer cet hiver, je venais de commencer à bosser à la salle d’escalade et je me suis concoctée un plan d’entraînement de fou avec l’espoir d’amener mon escalade à un nouveau niveau.
Mais je me suis blessée à un doigt et à l’épaule avant même de pouvoir vraiment commencer mon entraînement… Tous mes projets se sont évaporés… J’étais convaincue que maintenant la chose que j’attendais tant, projeter “Speed”, était devenu totalement irréaliste.
Au cours de l’hiver, j’ai donc changé d’orientation et je suis devenue très motivée pour la glace et le mixte. Quand la saison s’est clôturée mon doigt allait mieux mais c’était pas encore parfait ; je pouvais quand même en faire plus et j’ai été motivée par “Prinzip Hoffnung”, qui s’est avéré non-traumatisant pour mes doigts et mon épaule : le projet parfait, n’exigeant pas un physique fou, mais étant assez exigeant en termes de mouvement, d’engagement au-dessus du point et de technique de coinceurs.
Quand j’ai recommencé à essayer “Speed intégrale” fin avril/début mai, mes deux épaules étaient enflammées car j’avais trop bourriné dans les dévers et mon doigt me causait encore des douleurs sur certaines prises, mais je je me sentais incroyablement bien dans mon escalade grâce à deux mois presque exclusivement en falaise. À ma grande surprise, au fil des séances de travail, mes douleurs aux épaules se sont estompées, tandis qu’avec le doigt je devais encore faire attention : pas surprenant, la voie assez sollicitante pour les phalanges n’est pas propice à la cicatrisation du doigt, et finalement, mon majeur, d’un autre côté, a commencé à me faire mal aussi… Mais en voyant un kiné (merci à Kathrin Dettling pour son incroyable soutien et à Klaus Isele pour avoir développé le traitement qui vraiment aidé mes doigts !) j’ai pu continuer de gérer et empêcher l’inflammation de se propager et devenir trop handicapante. Pourtant, c’était une inquiétude majeure car je devenais plus solide dans la voie et je me posais sans cesse la question de peut-être arrêter si mes douleurs dans les doigts s’aggravaient encore.
À mon grand étonnement, je continuais de progresser lors du travail de la voie. Je faisais des progrès lents mais réguliers de semaine en semaine. Je suis passée du travail dégaine par dégaine en me battant à des enchaînements de sections jusqu’en haut. Finalement, la section bloc avant la 3ème dégaine est devenue moins faible en pourcentage de réussite et après quelques séances supplémentaires, je me suis retrouvée soudainement au dernier crux de la première partie et je suis tombée.
Les températures devenaient vraiment très chaudes et je commençais à me demander si je n’avais pas raté le coche. Puis le lendemain j’y suis allée, comme ça, sans zipper des pieds ou tâtonner, j’ai de nouveau passé la partie dure du bas, j’ai fait le le mouvement où j’étais tombée la veille d’une manière assez solide, et, après avoir recaké et m’être refaite comme jamais, j’ai réussi à rester compacte dans l’extension et je me suis retrouvée au relais.
C’était vraiment spécial, et il m’a fallu du temps pour comprendre que tout s’était bien passé !
Les blessures lancinantes m’ont empêché de faire un entraînement spécifique pour la voie tel que je l’avais envisagé et m’ont forcée à me reposer beaucoup plus que je ne l’aurais fait autrement. Mais d’un autre côté, cela pouvait correspondre exactement à ce dont j’avais besoin pour devenir plus forte : davantage de repos. Et puisque faire du gainage était fondamentalement le seul entraînement que je pouvais faire régulièrement, j’en ai fait beaucoup et je suis absolument sûre que cela m’a fait beaucoup progresser. Même si l’entraînement n’était pas ce que j’avais prévu, ce n’est pas comme si j’avais fait “Speed intégrale” ​​depuis mon canapé, bien sûr. J’ai beaucoup grimpé en falaise ces derniers mois car je ne travaillais pas à plein temps. De plus, je pense que cela a aidé principalement à me libérer mentalement pour penser escalade et diminuer beaucoup d’autres stress. J’ai passé aussi pas mal de temps à faire de la visualisation quand je ne grimpais, il s’agissait de surmonter mes appréhensinos face à cette voie qui m’intimidait et aussi atténuer certaines limites autour de mes capacités.

Video: José Cabrita

– Tu es la deuxième femme a faire cette voie, pas piquée des hannetons, accordes-tu de l’importance au premières féminines ou, penses tu que c’est dépassé ?
Mhm, je ne suis pas sûre d’avoir une opinion tranchée là-dessus (ce qui est plutôt rare pour moi). Je pense que dans de nombreux cas, cela reflète encore les progrès réalisés par l’escalade féminine. Dans ce cas, relater les premières féminines a du sens à mon avis, du moins tant qu’il y a une différence générale de cotation entre les filles et les garçons en escalade.
Il y a beaucoup de premières féminines qui m’inspirent, donc je suppose que tu peux dire que je les estime, même si cela n’est évidemment pas la même chose qu’une première ascension. Mais en tout cas, cela ne s’applique pas vraiment aux secondes. 😉

– Je sais que tu aimes voyager. Où aimerais-tu aller prochainement pour pouvoir grimper et comment y intégrerais-tu la question climatique ?
Je ne dirais pas que j’aime particulièrement voyager. J’aime ce qui va avec, dormir dans la voiture/tente, être dehors toute la journée, pouvoir grimper tous les jours. Mais je n’ai pas besoin de voyager dans des endroits lointains pour cela, cette notion de voyage me suffit. Ces dernières années, j’ai séjourné principalement dans les Alpes, car c’est près et il y a encore tellement d’endroits où je veux aller (retourner). Mais la prochaine grande chose à venir l’année prochaine est l’expédition que nous prévoyons avec le Groupe de jeunes alpinistes. On s’est longtemps demandés où aller, surtout à cause de l’impact de l’avion. En fin de compte, il semble que nous nous soyons mis d’accord sur le Groenland, car même si vous voyagez un bon moment, les émissions sont la moitié de celles pour aller au Pakistan. Et vous avez la possibilité de faire potentiellement un grande partie du voyage sans voler, alors on verra…

– Qu’est-ce qui, pour toi, fait que tu as passé une bonne journée en falaise/à l’extérieur ?
Une journée en falaise peut être agréable de bien des façons. Certains jours, c’est parce que l’escalade donne une impression incroyable, vous avez fait des progrès inattendus, le rocher est stellaire, l’endroit est spécial ou la vue est belle. D’autres journées, vous avez fait beaucoup de blagues avec votre partenaire d’escalade ou avez eu une bonne conversation.
Parfois, il neige, le temps est maussade, c’était un peu tendu toute la journée, mais à la fin tu ressors avec un super feeling. Après, concrétiser aide toujours à passer une bonne journée ! 😉

– Tu es toujours super motivée et positive, d’où vient cette motivation ?
Je ne pense pas que tout un chacun reste éternellement toujours motivé et positif. Du moins personnellement je ne le suis certainement pas. je pense que nous voyons souvent les gens sous leur meilleur jour et on a tendance à oublier qu’on passe parfois par des moments plus compliqués… Cet automne par exemple j’étais assez déprimée et pas positive du tout quand je me suis blessée. Mais en général, quand ça va bien, c’est vrai que la motivation n’est pas un problème. J’avais comme habitude de me réserver une période avec moins de grimpe à la fin de chacune de mes années d’études et je pense que ce temps libre m’a beaucoup aidé à comprendre la valeur que l’escalade avait pour moi. Depuis, quand je n’ai pas été blessée, tout ce que je voulais faire, c’était grimper. De plus, je pense que cela maintient vraiment mon enthousiasme pour l’escalade, afin de pouvoir jongler avec d’autres disciplines comme la glace/l’alpin tout au long de l’année. Lorsque je ne fais que de l’escalade sportive que pendant une longue période, mes attentes augmentent généralement et le risque de frustration et donc de faible motivation est plus élevé.

Luisa Deubzer ice climbing
Photo: Dörte Pietron

– Tu n’es pas sur les réseaux sociaux et ça n’a pas l’air de te poser beaucoup de soucis.
Quelle influence cela a pour toi et comment cela t’influence ou pas ?

En fait, j’ai quand même Facebook et Twitter si cela compte toujours comme un réseau social ! 😉
Instagram, j’ai arrêté de consommer et de publier il y a un moment quand j’ai remarqué que ça me faisait me comparer à d’autres et me rendait anxieuse de rater un truc.
J’ai trouvé que beaucoup de gens que je respecte sont très discrets sur ce qu’ils font, ils ne sont pas sur les réseaux sociaux et semblent faire les choses principalement pour eux-mêmes. C’est pourquoi j’ai commencé à me demander pourquoi je publiais un certain contenu, et même s’il y avait aussi d’autres raisons, il m’a semblé que c’était de l’auto-promotion et que cela n’avait pas grand intérêt. Mais c’est bien sûr quelque chose de très personnel et qui peut être différent pour d’autres personnes.

– Qui te motive . As-tu des exemples chez les grimpeurs/grimpeuses qui t’inspirent ou te poussent à faire des voies dures ou ce n’est qu’une question de ligne qui t’inspire ?
C’est un peu cliché, mais je dirais mes partenaires de grimpe. Ils grimpent fort et ont toujours un tempérament agréable, une attitude décontractée en falaise. Aussi, j’ai grimpé plus avec des gens plus forts que moi toute l’année dernière et cela a probablement amélioré mon état d’esprit quand j’essaie des voies dures, car cela redistribue ta perception des standards de ce qui est vraiment dur. Du coup, des voies que je pensais trop dures pour moi dans ma tête depuis des années m’inspirent aujourd’hui.

Photo de couverture : DAV – Silvan Metz

Luisa Deubzer Speed intégrale 9a
Photo: José Cabrita

Very discreet but nevertheless fearsome German Luisa Deubze aka “Lulu'” has just done her first 9a, 2nd women 4 years after Barbara Zangerl, to climb “Speed intégrale” in Voralpsee, Switzerland. It’s the second ascent this year of the route after talented French-South African Mel Janse Van Rensburg (20 years old). “Speed intégrale” is also an iconic but also aesthetic route as an entry into the ninth degree. Since the beginning of the year Lulu sent the trad route “Prinzip Hoffnung” 10/10+ (8b+) in March, and then two 8c’s in the area climbed “rather fast for her standards” she said. We can only believe that they were a sign of maturity to achieve a route of this standard. More details in this interview and the video of the upper part of the route during the send.

– You are very discreet, can you tell us more about who you are, what you do in life?
I’m 28, I’ve been climbing for almost 20 years, doing comps in my youth, and my passion for
climbing is, to my own surprise, still growing every year. In the last year I have made climbing more of a priority, working part time in a climbing gym as instructor and setter in order to have more time. Recently now, I additionally started to work for a foundation that promotes sustainability and safety in the mountains.


I know that you are very invested in the environment, how does that translate into your everyday life and your climbing life?
Good question… First and foremost, it translates in the form of a lot of mindfucks about everyday life
decisions. Overall, I am trying to lessen my impact, yet there is a lot of room to do more, and my
efforts always ebb and flow.

The two things that have reflected my values the most consistently over time are being vegan for 7
years now and not taking the plane in the last 6 years.
These feel like they don’t demand a lot off me while they have a big impact on my personal footprint.
I think it is important to start where it feels the easiest for you personally and from there expand
your efforts. It is easy to let oneself be discouraged if you can’t do it perfectly and end up not do
anything.

I still can improve a lot when it comes to getting to the crag at home. I do try to think of whether I
need the car or whether it is easily feasible by train (when I projected “Prinzip Hoffnung” for example,
it was easy to take the train, and as a I was going there alone most of the time it often was a no
brainer). But now especially at the later phase of my projecting in Speed, I went a lot by car,
sometimes even alone, to be there early in the morning which is by any standards quite a drive for a
day trip.

In any case, I think it is always a tricky balance between motivating people to change the habits in
their life and to focus too much on individual actions only. To actually achieve a transition, we need
systemic changes on a political level. Individual actions are important to show commitment and to
forge new narratives, but we can’t solve this crisis only by changing our individual consumer
behaviour. Nevertheless, this does not let us off the hook in terms of individual responsibility, we
need change on both levels.

Luisa Deubzer
Photo: Daniel Benz

– Do you only do sportclimbing or are you also interested in other aspects of our activity?
I like getting my ass kicked and expanding my comfort zone, that’s why I really enjoy that climbing in
the wider sense is so varied. I have broadened my skills in the other forms of climbing quite a bit over
the last years as a member of the current all-female ‘Young Alpinist Group’ of the German Alpine
Club (although I still suck at these various forms of Alpinism). Depending on the season, weather and
motivation, I have periods where I ice and mixed climb more, do multipitches or a mountain here and
there. At the end of the day, however, my strengths do lie in sport climbing.
The day after sending Speed I went on a moderate multipitch, for the first time that season on granit,
and I literally had to aid up the entire last 5 meters of the the initial 6c+ pitch, because I was
completely spent and couldn’t do a single move anymore. I love days like this, they make it easy to
stay humble and keep the fire because they are challenging and fun in a very different way than sport
climbing.

– What led you to try this route, did you have to train specifically to achieve it?
Can you tell us more about how it happened and what you had to put in place to achieve it?

I have been to Voralp regularly over the last years because I live not too far away. I always knew that
if there was one place I can climb hard, it is here. I think it is fair to say that the style fits me very well
for some reason and in addition I have gotten quite adapted to it over the years.
Speed impressed me right from the beginning, for obvious reasons: it follows the white streak
through the blankest section of the wall and when I saw people on it, it looked incredibly hard.
3 or 4 years ago I had already tried the moves on Speed once and was very surprised that I could do
most of them right away since that was so far off my level back then. Since then, it had basically been
a lifetime dream of mine to climb this route someday, but I was pretty convinced this was far away,
my ultimate goal in sport climbing.

This year then was the first time I actually tried it again. I knew beforehand that that was the thing I
wanted to prepare myself for this winter, I had just started at the climbing gym and had big plans for
a crazy training regimen with the hopes of getting my climbing to a new level.
But I injured a finger and my shoulder even before I could really start with my plan. All my plans
evaporated. I was convinced that now the thing I had been looking forward so much, projecting
speed, had become totally unrealistic.

Over the winter I shifted focus therefore, and got very motivated for ice and mixed. When the season
was over my finger was still far from perfect, but I could do more again and got sucked into Prinzip
Hoffnung, which turned out to be very good for my fingers and shoulder and was the perfect project,
not demanding a crazy physique, but being quite demanding in terms of movement, the required
head space and gear beta.

When I started trying Speed end of April/beginning of May now both of my shoulders were inflamed
from too much steep climbing and my finger was still causing me trouble on some holds, but my
climbing felt amazing thanks to two months of almost exclusively climbing on rock.
To my surprise throughout the projecting process the shoulders became better, while with the finger
it remained a balance act: less surprising, the route was not conductive to healing the finger, and
eventually my middle finger on the other hand started hurting as well, but by seeing a Physio (Shout-
out to Kathrin Dettling for her amazing support and Klaus Isele for developing the treatment that really helped my fingers!) I was able to keep it manageable and prevent the inflammation from
spiraling out of control. Still, it was a major worry as I was getting more solid and solid on the route
that I might have to stop if my fingers got even worse.

To my amazement the projecting itself progressed quite well. I was making slow but steady progress
from week to week. From being maxed out climbing from draw to draw, soon I was making good
links to the top. Eventually the boulder section before the third draw became less low percentage
and after a few more sessions I found myself suddenly at the last crux of the first pitch and fell.
Temperatures were now actually getting really hot and I was starting to wonder whether I had
missed my shot. Then the next day I went, just like this, without further slipping of the feet or
fumbling I got through the hard bottom part again, did the move I had previously fallen on quite
solidly and, after shaking forever, managed to keep it together in the extension and found myself at
the anchor.

That was really special, and it took a while to understand that everything had actually worked out.

The nagging injuries prevented me from doing specific training for the route as I had envisioned it
and forced me to rest a lot more than I otherwise would have. But on the flip side that might have
been exactly what I needed to get stronger: more rest. And since doing core was basically the only
workout I could do regularly, I did a lot of it and I am absolutely sure this made me progress heaps.
Even though the training wasn’t what I had planned, it’s not like I did Speed off the couch, of course.
I did climb a lot on rock in the last months since I didn’t work full time. Furthermore, I think it helped
majorly that this freed me a lot of mental space to think about climbing and removed a lot of other
stress. I also spent quite a bit of time with visualization and mediation when I wasn’t climbing,
because so much was about overcoming the giant respect I had for this route and some limiting
beliefs around my capabilities.

Luisa Deubzer
Photo: Janina Reichstein

– You are the second woman to do this route, do you value female firsts or do you think it’s outdated?Mhm, I’m not sure I have a strong opinion on this (which is rather rare for me ). I do think that in
many cases it still reflects the progress female climbing is making. In this case they have their place in
my opinion, at least as long as there is a general difference in grade between the female and male
climbing population.

There are a lot of female firsts that inspire me, so I guess you could say I value them, even though it
is obviously not the same as an FA. But in any case, this doesn’t really apply to female seconds 😉.


– I know you like to travel. Where would you like to go in the near future to be able to climb and how do you integrate it the climate issue?
I wouldn’t say I like traveling particularly. I like what comes with it, the sleeping in the car/tent, being
outside the whole day, being able to climb every day. But I don’t need to travel to far away places for this, a notion traveling still has to me. The last years I have stayed mainly in the Alps, because it is
close and has still so many places I want to go (back) to.

But the next bigger thing that is coming up next year is the expedition we are planning with the
Young Alpinist Group. We pondered a long time where to go, especially because of the impact flying
has. In the end it looks like we agreed on Greenland, because even if you fly all the way, the
emissions are still half in comparison to Pakistan. And you do have the option to potentially do a
large part without flying, so let’s see…

– What, for you, makes a good day on a cliff/outside?
There are many ways in which a day at the crag can be good. Some days it is because climbing feels
amazing, you made unexpected progress, the rock is stellar, the place is special, or the view is good.
On other days you made a lot of jokes with your climbing partner or had a good conversation.
Sometimes, it is snowing, miserable weather, it was a bit tense the whole day, but at the end you
have a good feeling. Sending surely always helps. 😉

Photo: DAV- Silvan Metz

– You are always super motivated and positive, where does this motivation come from?
I don’t think anyone is always motivated and positive. At least I am certainly not. I think we just
often see people at their best and forget that that everybody struggles sometimes… This autumn for
example I was pretty down and not positive at all when I got injured.
But in general, when things are good, it is true that motivation is not an issue. I used to have a period
where I climbed a lot less after finishing school and I think this time off helped a lot to see the value
climbing had for me. Since then, when I wasn’t injured, all I wanted to do was climb.
Also, I think it really keeps my excitement for climbing alive to be able to shift the focus to different
disciplines like ice/alpine/sport throughout the year. When I only sport climb for a longer period my
expectations usually grow, and the danger of frustration and hence low motivation is higher.


– You are not on social networks and it doesn’t seem to be a big deal to you. What influence does it have on you and how does it influence you or it doesn’t?
Actually, I do have Facebook and Twitter if that still counts as social media 😉
Instagram, I stopped consuming and posting a while ago when I noticed it made me compare myself
a lot and caused constant FOMO.
I found that many of the people I respect are very low-key about what they do, they are not on social
media and seem to do things primarily for themselves. That’s why I started questioning why I was
actually posting what I was posting and even though there were other reasons as well, for me it came
down to self-presentation and didn’t add any value.
But that is of course something very personal and can be different for other people.

– Who motivates you, or do you have examples from other climbers that inspire you or push you to do hard routes or is it just a matter of the line that inspires you?
It’s a bit cliché, but I would say my rope partners. They try hard on the wall and still have a pleasant,
chilled attitude at the crag. Also, I have climbed more with people that are stronger than me in the
last year and that probably helped my attitude towards hard climbs, because it shifts your standard
of what is hard. In general, routes that years ago I had in my head as too hard inspire me.


Cover pic: DAV – Silvan Metz

L’article Luisa Deubzer réalise Speed intégrale 9a – Luisa Deubzer climbs Speed intégrale 9a (+ interview & video) est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Premières ascensions en 8C+ – V16 first ascents

28 juin 2022 à 09:49

Deux infos sur deux premières ascensions en bloc en 8C+ :

*** Nomura Shinishiro nous présente “Gakido” en vidéo :
Le japonais avait résolu ce printemps ce projet de longue date de Chigobutai qui présente une escalade assez courte et explosive pour un bloc de cette difficulté, à l’instar du très pur “Floatin” ouvert par Ruichi Murai plus tôt dans la saison hivernale.

*** Nomura Shinichiro presents Gakido V16 (first ascent) in a video:
Japanese solved this Spring this long time project located in Chigobutai, Fukushima. An intense and powerful climbing for a boulder of this grade, as “Floatin” opened by Ruichi Murai at the beginning of winter season.

*** Matt Fultz ouvre “Brace for the Cure” V16 au Colorado sur le bloc de “Jade” :
Le bloqueur américain annonce vidéo à la clé sur son compte Instagram la première ascension de ce 8C+ : un nouvel enchainement en gros dévers qu’il décrit comme sa première ascension la plus dure et son 2e problème le plus dur qu’il a réalisé. Il commence dans “Jade” pour traverser à gauche et remonter l’impressionnant panneau juste à côté du 8B+ classique. Un passage qui demande une précision au millimètre pour attraper des prises minuscules impossibles à ré-armer.

*** Matt Fultz opens “Brace for the Cure” V16 at “Jade” boulder, Colorado:
American boulderer announces on his Instagram account with a video the first ascent of this V16: his hardest first ascent and his second hardest problem ever done. It starts in “Jade” then traversing left and going straight the big overhang juste close from the 8B+ classic. A problem which requires a lot of precision in order to stick the hands correctly on the rasor crimps.

L’article Premières ascensions en 8C+ – V16 first ascents est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Symon Welfringer réalise son premier 9a – Symon Welfringer sends his first 9a

24 juin 2022 à 13:15

L’alpiniste Symon Welfringer n’en finit de repousser ses limites. Il s’était fait plaisir ce printemps avec la voie de trad “Le Voyage” à Annot, Symon est retourné au charbon pour boucler un projet qui lui tenait à coeur depuis 3 ans : réaliser une voie dans le 9ème degré. C’est désormais chose faite depuis quelques jours après avoir clippé le relais de “Pornographie”, 9a de Céüse.

“Au-delà du rêve qui se réalise, cette journée marque la fin d’un processus de trois années durant lesquelles j’ai tenté de progresser en escalade : m’atteler à un projet à ma limite, garder une motivation intacte malgré les séances qui s’accumulent et la frustration qui s’installe.

En clippant le relais de cette voie, la joie a rempli mon corps et fait scintiller mes yeux. Je ne peux décrire les multiples émotions qui ont traversé mon esprit durant ces années.
Céüse est pour moi le lieu qui représente le mieux ma façon de vivre, une barre rocheuse d’une beauté unique perchée en altitude, j’ai toujours choisi mes projets la-bas. L’ambiance qui y règne m’anime un peu plus chaque jour.
En 2019 je réussissais mon premier projet d’envergure avec Mr Hyde, c’est donc tout naturellement que je suis allé rendre visite à sa voisine Le Cadre nouvelle version, 9a.

Durant deux saisons, j’ai tenté de m’entraîner et progresser au mieux pour faire cette voie, mais elle me résistait. Cette frustration je la connaissais déjà, l’éloge de l’échec comme dirait mon copain Lucien Martinez, je découvris mes limites physiques mais surtout mentales. J’avais énormément de mal à gérer la pression et l’envie de réussir venait souvent entacher ma grimpe.

L’année dernière, je n’avais plus l’envie nécessaire pour continuer à essayer le Cadre, je décidai alors de travailler également Pornographie, une ligne récemment équipée par Micka Duc qui bien qu’assez courte, propose une grimpe très ludique et extrêmement intense.
Cette année, je ne savais quel choix faire entre ces deux voies et j’ai continué à travailler les deux, ce qui m’a permis de garder une grande motivation tout au long de la saison. Après presque trente séances dans Le Cadre et une vingtaine dans Porno, je réussis ce jour de juin à grimper ma première voie dans le neuvième degré !

Je remercie toutes les personnes qui m’ont accompagné, soutenu et motivé durant ces moments et particulièrement Manon Bérend pour sa patience.”

Photos : Damien Largeron

Symon Welfringer Pornographie 9a

French alpinist Symon Welfringer continues to push his limits further. Earlier this Spring he repeated the trad route “Le Voyage” in Annot, and then returned to hardcore sportclimbing projecting in order to complete his 3 years project: climb a route in the 9th grade. It’s now done with the send of “Pronographie” in Céüse few days ago.

Beyond the dream come true, this day marks the end of a three-year process during which I tried to progress in climbing: tackle a project at my limit, keep my motivation intact despite the sessions that accumulate and frustration sets in.

As I clipped the anchor on this line, joy filled my body and made my eyes twinkle. I can’t describe the multiple emotions that crossed my mind during these years.
Céüse is for me the place that best represents my way of life, a rocky bar of unique beauty perched high up, I have always chosen my projects there. The atmosphere that reigns there animates me a little more every day.

In 2019 I succeeded in my first major project with “Mr Hyde”, so it was only natural that I went to visit his neighbor “Le Cadre Nouvelle”, 9a.

For two seasons, I tried to train and progress as well as possible to do this route, but it resisted me. I already knew this frustration, the praise of failure as my friend Lucien Martinez would say, I discovered my physical but above all mental limits. I had a lot of troubles managing the pressure and the desire to succeed often tainted my climbing.

Last year, I no longer had the desire to continue trying “Le Cadre”, so I decided to also work on “Pornographie”, a line recently bolted by Micka Duc which, although quite short, offers a very playful and extremely intense.
This year, I didn’t know what choice to make between these two routes and I continued to work on both, which allowed me to maintain great motivation throughout the season. After almost 30 sessions in “Le Cadre” and about 20 in “Porno”, I succeeded that day in June in climbing my first route in the ninth degree!

I thank all the people who joined, supported and motivated me during these moments and especially Manon Bérend for her patience.”

L’article Symon Welfringer réalise son premier 9a – Symon Welfringer sends his first 9a est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Video: Alberto Ginés, Leire 9a

22 juin 2022 à 17:12

En août 2021, Alberto Ginés est devenu le premier champion olympique de l’histoire de l’escalade à Tokyo. Le jeune prodige espagnol de 19 ans n’en oublie pas la falaise, et en septembre 2020 entre deux entrainements pour les JO avait coché “Leire” 9a à Cuenca. La voie remonte des monos et bis dans un dévers à 30°, la première ascension remonte à 2008 (Pablo Barbero). La voie a demandé 2 jours de travail et 5 essais à Alberto. C’est son 3ème 9a après “El intento” et “Victimes del futur”. Une vidéo signée Javi Pec.

In August of 2021, Alberto Ginés became the first olympic champion of climbing history in Tokyo. The young spanish star (19 years old) didn’t foget rockclimbing, and in September 2020 between 2 trainings for olympics he climbed Leire, 9a in Cuenca. The route is going through a 30° overhang and the first ascent has been done by Pablo Barbero in 2008. “Leire” took to Alberto 2 days of work and 5 tries, his 3rd 9a after “El Intento” and “Victimes del futur”. Nice video py Javi Pec.

L’article Video: Alberto Ginés, Leire 9a est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Anna Hazlett réalise The Walk of Life E9 6c – Anna Hazlett repeats The Walk of Life E9 6c

21 juin 2022 à 10:31

La grimpeuse californienne et influenceuse sociale vivant en Grande-Bretagne Anna Hazlett (Anna Hazelnutt sur YouTube et les réseaux sociaux) vient de réaliser la voie de trad classique sur la falaise côtière de Dyer’s lookout, dans le Nord du Devon (Cornouailles), “The Walk of Life (E9 6c). Cette face impressionnante, lisse et technique a été ouverte par James Pearson en 2008 avec de bons caramels à la clé en cas de chute (cf vidéo de James Pearson ci-dessous). Une perf impressionnante pour Anna qui déteste tomber, mais qui adore la dalle, avec une première féminine à la clé ! Ce n’est pas son premier coup en trad ici, car cet automne Anna avait déjà réalisé “Once Upon a time in the SouthWest” (E9 6c) sur la même falaise, qui est la voisine de gauche. Ambiance à apprécier dans la vidéo ci-dessous. Anna a déjà réalisé son premier 8b+ en escalade sportive avec “Galactic Emperor” à Ten Sleep (Wyoming) l’été dernier. Une belle progression à suivre !

Plus d’infos

Photo: Alastair Lee – Posing Productions

Anna Hazlett, climber and social influencer from California (living in UK, Anna Hazelnutt on IG or YT) just repeated the mega classic “The Walk of Life” E9 6c located at Dyer’s Lookout, Nothern Devon. This impressive face has been first ascended by James Pearson in 2008 with some big whippers before (watch the video below!). A big feat for Anna who doesn’t like to fall, but who is fond of slab climbing, and a first female ascent under her belt! It’s not Anna’s first E9. She climbed the neighbouring route on the left of “Walk of Life” last September, “Once Upon a Time in the SouthWest”, the video is just above. She also did her first sportclimbing 5.14 last summer with “Galactic Emperor” in Ten Sleep, Wyoming. A nice progression, to be continued!

More about her ascent of “The Walk of Life”


Photo: Alastair Lee – Posing Productions

L’article Anna Hazlett réalise The Walk of Life E9 6c – Anna Hazlett repeats The Walk of Life E9 6c est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

La falaise d’Oliana ravagée par un incendie – Oliana ravaged by a fire

20 juin 2022 à 09:49

Stupeur et consternation avec cette triste info en provenance de Catalogne. Les abords de la falaise mythique de Peramola (Contrafort de Rumbau, située juste au-dessus d’Oliana) ont complètement brûlé hier. La vallée du Segre a été soumise à de très fortes chaleurs en fin de semaine dernière avec des températures caniculaires (43° le jour et même 35° la nuit de vendredi à samedi !) et des incendies se sont déclarés un peu partout dans la région non loin de spots de grimpe : Coll de Nargo, Abella de La Conca,… D’après nos informations, l’incendie à Oliana s’est déclenché dans un champ situé sous la falaise et est remonté dans la végétation, a traversé la piste pour aller jusqu’en bas des voies. Les flammes ont réussi à gagner la vire sommitale de la falaise 50 mètres plus haut pour ensuite s’engager dans un couloir sur la gauche qui a fait effet de cheminée, l’incendie gagnant rapidement la haut de la crête pour ensuite redescendre en versant nord, escarpé et difficilement accessible… On ignore à l’heure actuelle les dégâts occasionnés par l’incendie sur le secteur mais il est probable au vu de l’ampleur du sinistre qu’ils soient très importants et que le rocher ait été altéré. Espérons que les voies célèbres qui ont fait la réputation des lieux comme “La Dura Dura”, “Papi Chulo”, “Mind Control” ou “Fish Eye” soient restées intactes…

Plus d’infos

Photos : story Instagram de Riki Kalamontse / Dan Forgeng

Sad news coming from Catalunya. Due to high temperatures in Western Europe this week-end, Oliana’s crag burned yesterday. According to our informations, the fire started in a field below the crag then went up through the trees, crossed the track and went to the crag. Flames were huge and the ledge above the anchors burnt. Then the fire continued to climb until the top of the mountain (Roc de Rumbau) and went on the other side, the Nord face. We don’t know precisely the damages caused by the fire at the crag but considering the images the rock could be touched. Hope the famous classics like “La Dura dura”, “Papi Chulo”, “Mind Control”, “Fish Eye” are still doable…

Photos: Riki Kalamontse / Dan Forgeng

Oliana incendie
Oliana incendie

L’article La falaise d’Oliana ravagée par un incendie – Oliana ravaged by a fire est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Quelques ascensions notables en bloc – Some recent bouldering ascents (+ videos)

18 juin 2022 à 20:56

*** Double ascension féminine de “Tigris sit” à Magic Wood :
Alex Puccio et Michaela Kiersch rajoutent un nouveau bloc extrême à leur collection en empochant le long plafond de “Tigris sit” 8B+ à Magic Wood. Retrouvez ici la vidéo d’Alex dans le passage en attendant une vidéo complète de leur séjour. C’est déjà le 7ème 8B+ d’Alex et le 3ème de Michaela !

*** Nacho Sanchez libère son super projet en 8C+ à Fortuna (Murcia) en Espagne :
Il était dessus depuis quelques années, Nacho Sanchez libère “Daños con-laterales” et propose 8C+, un bloc où la principale difficulté consiste à réaliser et empiler les 3 premiers mouvements, qui lui ont demandé beaucoup d’investissement. A coup sûr un des blocs les plus durs d’Espagne est né, avec “La Teoria del todo” à Albarracin, désormais décoté. On rappelle que Nacho avait déjà ouvert “Crisis” 8C/+ à Crevillente. Ci-dessous la vidéo de la réalisation.

*** Dave Graham annonce un nouveau 8C+ en Suisse ce printemps :
Le vétéran du bloc US (40 ans) annonce cette semaine la première ascension de “Euclase” en avril à Val Bavona en Suisse. Un passage complexe en 8C+ (19 mouvements de main, 21 de pied et 4 coincements de genoux) qu’il avait repéré en 2005 et qui lui a demandé un investissement colossal : 10 séances pour réaliser tous les mouvements, 10 autres pour imprimer les transitions entre les mouvements de main et 10 autres pour être proche de la réussite. Un aboutissement pour Dave, qui signe ici son second 8C+ après la recotation de “Hypnotized minds”.

*** Brooke Raboutou ouvre la saison à RMNP (Colorado):
La grimpeuse franco-américaine n’a eu besoin que d’une session du soir pour se défaire du classique de Lincoln Lake, le toit à compression et talons de “Evil Backwards” 8B. Voici la vidéo de la réalisation.

Alex Puccio bloc ascensions
Alex Puccio, Tigris Sit, 8B+

*** “Tigris Sit” 8B+ in Magic Wood repeated twice by women:
ALex Pucio and Michaela Kiersch recently added another hard boulder to her ticklist with the long roof problem named “Tigris sit”, Magic Wood, Switerland. Waiting a full video about their stay. It’s Alex’s 7th 8B+ and Michaela’s 3rd.


*** Nacho Sanchez frees one of Spain’s hardest boulder:
He was trying this problem since years, Nacho Sanchez just freed “Danos con-laterales” and gave 8C+ to his first ascent. The main difficulty is to link the first 3 moves. One of the hardest boulder in Spain with “La teoria del todo” in ALbarracin, now downgraded. Remeber Nacho opened some years ago “Crisis” 8C/+ in Crevillente. You can watch the video above.


*** Dave Graham announces a new 8C+ in Switerland this Spring:
US bouldering veteran (40 years old) claimed this week having done the first ascent of “Euclase” 8C+ in APril. This boulder looks technical with 19 moves, 21 feet moves and 4 kneebars… He checked it in 2005 and spent 10 sessions to do all the moves, and 10 more to find the good betas… After 10 more sessions, he was close to the send. A new achievement for Dave, and his second 8C+ after “Hypnotized minds”.


*** Brooke Raboutou opens summer season in RMNP (Colorado):
Brooke just needed one evening session to send Lincoln Lake’s classic “Evil Backwards” a compression roof problem (8B). The video of her climb on her Instagram.

L’article Quelques ascensions notables en bloc – Some recent bouldering ascents (+ videos) est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Video: Dave MacLeod, Lexicon, E11 7a

15 juin 2022 à 17:44

“En 2006 j’ai gravi le premier E11, ‘Rhapsody’. 15 ans plus tard je me demandais si je pouvais toujours réaliser ce niveau, du coup je me suis mis à essayer la voie de Neil Gresham “Lexicon”.” Voici la démarche qui a conduit le vétéran anglais Dave MacLeod (43 ans) à soigner un tennis elbow récurrent et à s’entrainer pour réaliser la 3ème ascension de “Lexicon” en mars dernier, la nouvelle voie trad extrême de Grande-Bretagne ouverte par Neil Gresham en septembre dernier à Pavey Ark, dans le Lake District. Un autre vétéran britannique avait réalisé la seconde ascension dans la foulée, en la personne de l’expérimenté Steve McClure. Il y a quelques semaines, une jeune pousse de 24 ans, Mat Wright, a coché la 4ème ascension de cette voie décidément populaire, et il entend justement s’attaquer à “Rhapsody” cet été.

Retrouvez tout le processus qui a conduit à la répétition de MacLeod dans la vidéo ci-dessous.

Photo : Chris Prescott

‘In 2006 I clipped the chains of an E11 myself, ‘Rhapsody’. 15-odd years later, I was wondering if I could still climb at this level.’ That is the line of thinking that decided ‘veteran’ climber Dave MacLeod (43) to treat a niggling tennis elbow by training to bag the 3rd ascent of ‘Lexicon’ in March of this year. The new E11 7a was opened by Neil Gresham in September 2021 at Pavey Ark, Lake District. Another senior Brit got the second ascent soon after (none other than Steve McClure), but a few weeks ago a decidedly underage Mat Wright (24 only!!!) got himself the 4th ascent of this popular line, and intends to spend some time on ‘Rhapsody’ this summer.

Follow MacLeod’s process in the video above.

Photo: Chris Prescott

L’article Video: Dave MacLeod, Lexicon, E11 7a est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Video: Nolwen Berthier, Supercrackinette, 9a+

13 juin 2022 à 18:53

Dans la vidéo ci-dessous Nolwen Berthier décortique “Supercrackinette”, la voie dure célèbre de St-Léger du Ventoux qui était son projet hivernal des deux dernières années. Nolwen l’a réussie ce printemps, cochant sa première voie dans le 9ème degré ! Tous les détails de chaque mouvement-clé n’auront plus de secret après le visionnage de la vidéo. Retrouvez l’interview de l’intéressée que nous avions réalisée suite à cette performance !

Photo : Antonin Rhodes

In the video below, Nolwen Berthier explains all the tricks of “Supercrackinette”, the extreme classic located in St-Léger du Ventoux, France. This route was her winter project for the last 2 years, and Nolwen finally sent it in April, thereby ticking her first route in the 9th grade. All the details in the video below!

L’article Video: Nolwen Berthier, Supercrackinette, 9a+ est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Nico Pelorson s’offre Jungle Boogie 9a+ – Nico Pelorson sends Jungle Boogie 9a+

9 juin 2022 à 18:56

Nico Pelorson fait parler la poudre à Céüse cette semaine avec une rare répétition de “Jungle Boogie” 9a+ !
C’est la 6ème ascension en une décennie pour cette voie de 30 mètres libérée par Adam Ondra sur la gauche du secteur Biographie (aussi cochée par Amma, Ghisolfi, Megos et Carnati). Réputée dure à cuire, dans un style très différent de celui de “Biographie”, “Jungle Boogie” a ses difficultés concentrées sur sa première moitié (les 20 premiers mètres) avec une furieuse section à doigts et à compression en traversée en guise de crux afin de sortir du bombé après une approche déjà soutenue. La dernière partie de la voie, moins raide est plus facile, une sorte de récompense avec un superbe mur calcaire sculpté Céüsien.

“Je l’avais déjà essayée l’an dernier mais sans succès et cette année j’ai du faire 5/6 séances. C’est pas facile du tout, je tombais tout le temps dans la rési après le bidoigt, j’ai galéré à la faire.”
C’est le second 9a+ de Nico après “Supercrackinette” en février, et d’après ses dires la voie la plus dure qu’il ait enchainée. Voici un aperçu de “Jungle Boogie” en vidéo avec Stefano Ghisolfi.

Photo: Sam Bié

Nico Pelorson has struck again this week with a rare repeat of “Jungle Boogie” 9a+ in Céüse.
It’s the 6th ascent of this 30-meter line on the left part of Biographie’s sector, freed a decade ago by Adam Ondra (also climbed by Amma, Ghisolfi, Megos and Scarnati). Known to be hard for the grade, in a very different style compared to the crag’s 9a+ testpiece “Biographie”, “Jungle Boogie” offers an intense first 20 meters with a fingery and compression-based traverse by way of a crux, before easier terrain in the top part on superb limestone.


“I tried it a little bit last year, but no cigar, and this year I did around 5/6 sessions. The route is not easy, I was falling all the time in the resistant part after the two-finger pocket, I struggled a lot with this section.”
It’s Nico’s second 9a+ after “Supercrackinette” and from his words his hardest rock climbing feat. You can watch Ghisolfi in the video above.


Photo: Sam Bié

L’article Nico Pelorson s’offre Jungle Boogie 9a+ – Nico Pelorson sends Jungle Boogie 9a+ est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Des prises modifiées dans les voies dures de Margalef – Altered holds in Margalef’s hardcore routes

5 juin 2022 à 15:15

Le grimpeur fort espagnol Beto Rocasolano a réalisé hier une sortie retentissante sur les réseaux sociaux, expliquant photos à l’appui que depuis quelques mois, des modifications de prises existantes dans des voies mythiques et dures du secteur Finestra de Margalef ont été constatées, notamment dans les 9a de “Victimas Perez” et de “Gancho Perfecto”.

“Ce conflit génère des tensions au sein de la communauté locale puisque personne ne sait ce qui se passe, bien que nous soyons tous d’accord pour dire qu’il s’agit d’un énorme manque de respect envers les précédents ascensionnistes et quiconque qui a investi du temps et de l’enthousiasme à essayer ces voies. Nous voudrions lancer un appel à toute la communauté pour qu’elle prenne conscience de ce qui se passe ici à Margalef. Au final, cela ne fait qu’éroder la réputation et la difficulté de ces voies emblématiques.”

Un pavé dans la mare qui arrive juste après la première féminine de “Victimas Perez” intervenue cette semaine. En effet, la jeune grimpeuse australienne Angie Scarth-Johnson, 18 ans s’est justement payé le luxe de répéter “Victimas Perez” en guise de second 9a cette semaine s’est donc sentie visée par les critiques, les révélations étant dévoilées juste après son ascension. Angie vient donc de répondre à la polémique en expliquant son ressenti.

“Immédiatement après la réussite du désormais tristement célèbre “Victimas Perez”, certains grimpeurs de la communauté ont exercé une forte pression sur moi pour parler de l’apparition de prises modifiées à Finestra dans des voies de top niveau. De ma part notamment sur les prises sur “Perez”.

La raison pour laquelle je n’ai rien mentionné de tout cela dans mon message initial après avoir croité la voie était que je ne savais pas trop comment m’y prendre. Je crois aussi que c’est quelque chose qui mérite son propre article, en fin de compte, cela n’a rien à voir avec ma répétition, mais plutôt sur la tragédie des itinéraires historiques modifiés pour s’adapter aux séquences personnelles d’un individu. La vérité est que, bien que jamais mentionnée par personne auparavant, cela se passe depuis des années à Finestra et je suis curieuse de savoir pourquoi les choses n’ont jamais été dites auparavant. Bien que je n’aie jamais eu d’expérience personnelle avec cela jusqu’à présent, j’ai déjà entendu parler de ces situations grâce aux locaux.

Comme je l’ai mentionné dans mon post précédent, le temps cette saison n’a pas été le meilleur et par conséquent, très peu de grimpeurs, principalement des locaux, grimpaient à Finestra. J’ai laissé Margalef un court moment pour me détendre l’esprit, quand je suis revenue pour essayer la voie, j’ai tout de suite remarqué une différence avec l’une des arquées, certaines fossettes dans la réglette avaient été ôtées, rendant finalement la prise plus difficile à tenir. “Victimas Perez” partage son départ avec la voie voisine “Gancho” et Jorge Diaz-Rullo a découvert plus tard que l’utilisation de cette arquée avec l’autre main pour grimper dans “Gancho” rendait la prise meilleure. Bien qu’il soit devenu évident que cette prise a été modifiée pour un autre itinéraire, “Victimas Perez” serait à jamais victime de cette modification.

Ma réponse initiale à cela a été de vérifier minutieusement l’intégralité de l’itinéraire. J’ai ensuite découvert que la dernière prise avait été poncée en une prise plus lisse et sans bord, supprimant le rebord qu’il y avait autrefois. C’était dévastateur et j’étais complètement incrédule. Jorge a alors grimpé dans la voie après moi et a confirmé ma découverte.

Après ces constatations, j’ai voulu faire prendre conscience de la situation, j’en ai parlé à d’autres grimpeurs locaux en leur suggérant d’essayer eux-mêmes l’itinéraire. Le but ici est vraiment juste d’arrêter cette affaire de taillage en la rendant publique. Depuis que j’ai terminé l’itinéraire, il y a eu de nouvelles découvertes faites par d’autres grimpeurs ; pas plus tard qu’hier de nouvelles potentielles modifications de prises ont été détectées. (Je n’ai pas été à Margalef depuis ces nouveaux développements, donc je ne les ai pas vus par moi-même et je ne peux pas en parler).

En ce qui concerne ce qui s’était passé avec moi et les prises nouvellement modifiées, j’ai dû passer les quelques jours suivants à réaffiner et me réhabituer à ces nouvelles méthodes alors que je connaissais déjà par cœur les anciennes, du coup les changements m’ont affectée de manière très négative. Reconnaissant que je suis la première femme à avoir vraiment essayé cette voie, mes méthodes sont extrêmement différentes de celles des hommes. Cela signifie que je remarquais vraiment les choses quand elles changeaient.

Je suis consciente qu’il y aura des questions pour savoir si les itinéraires ont été facilités, notamment la version que j’ai réalisée. “Victimas Perez” n’a pas été simplifié, il n’y a pas de nouveau bac magique qui est apparu dedans. Les seuls changements apportés concernaient les séquences communes, mais “Gancho” a peut-être été modifié de manière plus spectaculaire…

Enfin, veuillez respecter la culture honnête de l’escalade, toutes les voies, le travail acharné des autres, et bien-sûr nos secteurs et la nature.”

C’est tout de même incroyable et consternant qu’en 2022, cette problématique des années 80/90 avec des prises modifiées dans une voie déjà enchainée revienne sur le devant de la scène. Espérons que cela reste des actes isolés comme au début des années 2000 sur Fontainebleau avec un déséquilibré qui avait dégradé quelques blocs mythiques. Il est vraiment important que la communauté prenne soin des voies d’escalade et du rocher en général (brossage, nettoyage à l’eau, enlever les traits, se nettoyer les pieds avant de grimper,…) de manière à léguer aux jeunes générations un terrain de jeu le moins dégradé possible. Il est aussi urgent que les grimpeurs professionnels, les marques, et acteurs médiatiques de notre activité montrent l’exemple et véhiculent les bonnes pratiques, ce qui n’est pas toujours le cas. A bon entendeur…

Photo: Jorge Diaz-Rullo

Strong Spanish gun Beto Racasolano made a post on IG with photos claiming some holds in hardcore routes from Finestra sector, Margalef have been altered.
Over the last few months several holds have been enhanced on some of the famous routes in the sector of finestra, Margalef. To be precise – in Victimaz Perez and Gancho Perfecto.
This is generating tension among the local community as nobody knows what is happening. This is disrespectful towards the previous ascents and anyone that invested time and effort into these routes.
We would like to raise awareness among the wider community of this situation in Margalef. In the end this just erodes the reputation and difficulty of these emblematic routes.


A sad news who arrived just after the impressive send of “Victimas Perez” this week by young Australian Angie Scarth-Johnson (18 years old) for her second 9a (first female ascent of the route). Angie naturly felt involved by the polemic and she just posted a message in order to clarify the situation and sharing her opinion.

“Immediately After sending the infamous ‘Victimas Perez’ there was a lot of pressure placed upon me by some climbers within the community to talk about the appearance of modified holds along the Finestra wall and its top end routes . On my part particularly about the holds on Perez.

The reason I did not mention any of this in my initial post after ticking off the route was because I was not sure how to go about it all. I also believe This is something that deserves its own post, aside from my ascent of “Victimas Perez”, at the end of the day it has nothing to do with my send but rather the tragedy of historic routes being altered to fit an individuals personal sequences. The truth is , though never mentioned by anyone before, this has been something that’s been happening for years along the Finestra wall and its top end routes and I’m curious as to why things have never been said before Though I’ve Never had a personal experience with this until now , I have heard of these situtions amongst locals before.

As I mentioned in my previous post, the weather this season hasnt been the best and as a result, very few climbers , mostly locals were climbing along finestra wall this season. I left Margalef for a short time to relax my mind, when I returned to try the route, I immediately noticed a difference in one of the crimps, certain dimples in the hold had been removed ultimately making it harder to hold. “Perez” shares the start with a neighbouring route called “Gancho” Jorge Diaz-Rullo later discovered, that using this crimp with the other hand to climb toward ‘Gancho’ was now a more positive crimp. Although it had became apparent this hold was altered for another route, “Victimas Perez” would still become a victim of this alteration.

My initial response to this was to thoroughly check the entire route, I then discovered the last hold had been sanded down to more of a smooth edgeless pocket, removing the sharpness there once was. This was devastating and I was in complete disbelief. Jorge would then climb after me to confirm my discoveries once again.

After these findings i wanted to bring awareness to the situation, I mentioned it to other local climbers suggesting to try the route themselves. The goal here is really just to stop this chipping buisness by making it public. Though since I completed the route, there has been new discoveries made by other climbers just yesterday about there potentially being additional holds modified. (I have not been in margalef since these new developments so I haven’t seen them for myself and I can’t speak for it).

As far as what had happened with me and the newly altered holds, I went onto spending the next few several days re-refining and building confidence in the betas I once knew so well, the changes effected my in a very negative way, Recognising that I am the first woman to have really tried this route, my betas are extremely different in almost every sequence to the typical man. This meant I really noticed things when they changed.

I’m aware there will be questioning as to whether the route was made easier and therefore I sent. Victimas Perez was not made ‘easier’ there is no new magical jug in the route. Only changes made were on the sequences, however Gancho may have been more dramatically changed.

Finally, Please respect the honest culture in climbing, all routes, the hard work of others, and of course our sectors and nature.”

It’s quite incredible and appalling that in 2022, this problem of the 80s/90s with modified hold in existing routes is back. Let’s hope that it remains isolated acts like at the beginning of the 2000s on Fontainebleau with a fool man who hammered some mythical boulders. It’s really important that the community takes care of the climbing routes and the rock in general (brushing, cleaning with water, leaving tickmarks, cleaning their feet before climbing,…) so as to bequeath to young people generations a playingground the less degraded as possible. It is also urgent that professional climbers, brands, and media actors in our activity set an example and communicate more about good practices, which is not always the case. Don’t say you weren’t warned!

L’article Des prises modifiées dans les voies dures de Margalef – Altered holds in Margalef’s hardcore routes est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Belles réalisations féminines en grande voie – Great multipitch female ascents

4 juin 2022 à 08:27

Deux belles réalisations féminines en grande voie ont eu lieu récemment. En compagnie de Romain Noulette qui l’enchaine aussi, Solène Amoros vient de réaliser une répétition éclair de “La Ramirole” dans le Verdon (150m, 5 longueurs, 8b). Réalisée aussi récemment par Kathy Choong, cette grande-voie athlétique est située au secteur du même nom en rive gauche. Offrant un effort athlétique et ludique sur colos dans un dévers prononcé (plus de 60 mètres d’avancée pour 150 m de hauteur), “La Ramirole” (8a+, 8a, 8b, 8a, 7a) a été enchainée par Solène après un “fight mémorable” d’après ses dires.

“Il y a une semaine avec Romain nous avons décidé spontanément de nous rendre dans le Verdon pour 4 jours. Mon projet principal cette année est une couenne à La Ramirole, donc je voulais regrimper là bas pour me réhabituer au style et voir ma progression après des mois d’entrainement. J’ai toujours rêvé de grimper des grandes voies dans cette grotte majestueuse, et c’était un moyen parfait de démarrer la saison ici ! La grande-voie “La Ramirole” est très impressionnante, avec 4 longueurs dans le 8ème degré et au total 60 mètres de dévers. Je l’ai réussie à mon second jour, en réalisant en tête toutes les longueurs et me battant vraiment beaucoup dans chacune d’entre elles. A la fin, cela s’est fini en une parfaite ascension sans tomber avec Romain, et une de mes réalisations les plus dures en grande voie ! Un jour que nous nous rappellerons pendant longtemps !”

Photo : Sam Williams

En Sardaigne, c’est l’expérimentée grimpeuse polonaise Aleksandra Taistra qui se distingue avec une répétition en libre de l’exposée grande-voie “Olteconfine” 7c max, 7a obl/A3+ (ouverte par Fabio Palma, Matteo Della Bordella et Domenico Soldarini). La voie est située dans le mur de Gennirco dans la région de Baunei (Est de l’île). 8 longueurs (7c, 7a+,6c trad, 7c, 7a+,7a,7c, 6a). Sur du caillou très fragile, la voie fait 220m de haut pour seulement 31 points, un combat mental pour Aleksandra. “J’ai du mettre tous mes efforts pour être au top de ma forme physique et de ma conti, pour accompagner la force mentale que j’ai acquise avec toutes ces années de grimpe. Le rocher sale et fragile a été la plus grosse difficulté à surmonter, probablement personne ne s’y était aventuré depuis longtemps, et le côté expo R3+/III m’a causé du stress. J’ai pu protéger quelques endroits dans certaines longueurs avec des friends. J’ai bossé la voie en avril et je l’ai libérée fin avril. C’est la grande-voie le plus compliquée que j’ai jamais réalisée !”

Photo de couverture : Sam Williams

photo : Jacek Wejster 

2 nice mltipitch sends have been done recently by women. Joined by Romain Noulette who freed it too, Solène Amoros could do a quick repeat of “La Ramirole” multipitch in Verdon gorge (8b). Earlier this Spring, it was Kathy Choong who climbed it. Solène finished this athletic cave multipitch (60 meters overhang for 150 meters of height, 5 pitches 8a+, 8a, 8b, 8a, 7a) after a huge fight.

A week ago with my friend Romain we spontaneously decided to go to the Verdon gorges for 4 days. My main project this year is a single pitch in La Ramirole sector, so I wanted to go there to readapt to the style and check my progression after a few months of training. I’ve always dreamed of climbing the multipitches in this majestic cave, and it was a perfect way to start the season there ! La Ramirole (the route) is super impressive, with four pitches in the 8th grade and a total of 60 m overhang. I sent it on the second day, leading every pitch and fighting super hard in every single pitch! In the end, it was a perfect no fall ascent with Romain, and it makes it one of my hardest multipitches sends to date! A day we will remember for a long time!”

réalisations féminines grande-voie
Photo : Sam Williams

In Sardinia, experimented Polish climber Aleksandra Taistra did a rare repeat of “Oltreconfine” multipitch.
Multipitch “Olteconfine” consists of 220 meters of most beautiful climb on the Ginnirqu wall in Baunei region. The route has 8 pitches (7c, 7a+,6c trad, 7c, 7a+,7a,7c, 6a), divided by large ledge. It offers climbing in many different rock formations.

“Those words from one of the climbing guides filled me with optimism – however, what was then happening on that wall was a completely different story…
On the full length of the route, so 220 metres, there are only 31 spits, and I sincerely doubt I’ve counted it wrong because I missed one or two… Technical challenges of each pitch quickly became secondary to me, I have focused all my efforts on reaching maximum physical fitness and stamina, to accompany the mental strength I’ve been mastering for years. Dirty and very fragile rock was a big difficulty as well, probably no one touched it in a very long time, which on R3+/III can cause some additional stress.”

L1 (7c 40m 8 spits)
L2 (7a+ 40m 5 spits)
L3 (6b 30m trad)
L4 (7c 30m 6spits) 7c+ in my opinion
L5 (7a+ 15m 2 spits)
L6 (7a 20m 2 spits)
L7 (7c 25m 4 spits) 7c+ in my personal opinion
L8 (6a 20m 3 spits)

“On some pitches I’ve added a few friends and I’ve found some threads.

I’ve been dogging this route mainly on my own in April – it wasn’t very convenient due to a lot of traverses and big runouts. I’ve finally lead the route on 27th of April with Jacek Wejster and I can safely say it was the most mentally challenging multipitch I’ve ever done! Small, but very important step ahead in my career.”

Photos: Jacek Wejster

L’article Belles réalisations féminines en grande voie – Great multipitch female ascents est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Dylan Chuat réalise Hyper Finale 9a+ – Dylan Chuat sends Hyper Finale 9a+

28 mai 2022 à 18:19

On vous avait déjà parlé de ses exploits, c’est cette fois sur le spot helvète du Rawyl que le grimpeur suisse Dylan Chuat a sévi dernièrement avec une répétition de “Hyper Finale” pour son premier 9a+. Cette voie mitoyenne du célèbre 8c+/9a “La Cabane au Canada” fait près de 40 mètres. Equipée par Bertrand Martenet et libérée en 2016 par Adam Ondra, “Hyper Finale” remonte l’impressionnant dévers de la falaise, et est ponctuée de teigneux pas de bloc, dont une dernière section particulièrement difficile malgré un repos pendu juste avant (crux final autour de 8A+/B bloc après un 9a de 35 mètres et un repos pendu). Ce n’est que la seconde ascension de la voie, de nombreux grimpeurs ayant répété le bas de la voie ayant préféré sortir dans la sortie directe plus facile, “Le voile de Maya” pour réaliser “Super Finale” 9a, que Dylan avait coché au début du mois de mai.

Explique-nous ce pas de bloc sommital qui semble compliqué à négocier, que tu es seulement le second à vaincre dans l’enchainement ?
“Tu fais tout le dur de “Super Finale” (9a) et tu bifurques à droite pour faire 2 sections. Une première section pas facile sur des croûtes à serrer qui finit par une prise de risque, un jump dans un bac. Après cela tu as encore un gros pas de bloc réputé très difficile sur des non-prises, que certains estiment à 8B ! Je fais une méthode sensiblement différente des gens qui ont essayé comme Sam Ometz. Adam Ondra est passé avec une pince plate main gauche pour aller vers un bi-doigt ou mono, remonter le pied gauche et aller loin d’un bon tridoigt. Malgré un bon pied, c’est dur de tenir ces prises dans un panneau à 35° et de viser cette prise dans ce mouvement dynamique vraiment loin. Dès ma première montée, j’ai rapidement calé la séquence et en partant du bac je tombais à ce mouvement, donc je me suis dit que j’avais mes chances. Niveau méthode, j’arrive à m’asseoir très fort sur un talon et faire un drapeau avec une prise minuscule qui me perce les doigts si je la tiens plus de 3 fois dans la séance. Cela me permet de faire un crawl dans ce bi/mono avant de dynamiser dans la prise finale. Ce qui est assez drôle au final, c’est que j’ai réussi qu’une fois cette section, et c’était lors de l’enchainement, un vrai hold-up ! J’étais parti pour mettre un run et voir dans quel état j’allais arriver après l’approche en 9a, voir si j’avais le jus de faire le bloc dans l’enchainement. Je pense que le pas de bloc me convient vraiment bien. Personne n’a réussi la section en entier après Adam et moi, pour moi pas moins de 8A+ bloc.”

Il s’agit donc de la voie la plus dure jamais réalisée par Dylan, bien que cela lui ait pris en tout seulement 7 séances, 5 pour réaliser “Super Finale” et 2 supplémentaires pour vaincre l’intégrale avec ce teigneux pas de bloc. A noter qu’auparavant, l’affûté couteau suisse empilait déjà les 9a comme sa chienne Panda les croquettes et donc ce dernier n’est sûrement pas encore à ses limites en escalade sportive… L’avenir nous le dira !

Photos : Rémi Degenne

Dylan Chuat - Hyper Finale 9a+

It was on the Swiss crag of Rawyl that the Swiss climber Dylan Chuat lately did an ascent of “Hyper Finale” for his first 9a+. This neighbouring route to the famous 8c+/9a “La Cabane au Canada” is nearly 40 meters long. Bolted by Bertrand Martenet and freed in 2016 by Adam Ondra, “Hyper Finale” goes throw the impressive overhang of the cliff, and is ended by rough final, including a particularly bouldery and difficult section despite a hanging rest just before (the final crux is estimated around 8A+/B boulder after an 35 meters 9a and a hanging rest). This is only the second ascent of the route, many climbers having repeated the bottom of the route having preferred to exit in the direct exit and easier final, “Le voile de Maya” for climbing “Super Finale” 9a, that Dylan already climbed at the beggining of May.

Tell us more about this final boulder, you are only the second climber to unlock?
You climb all the hard part of “Super Finale” (9a) and you go to the right to do 2 sections. First, a tricky first section on crimps which ends with a risk taking dyno into a jug. After that you still have a big boulder crux, known to be very difficult on non-holds, which some climbers estimate at 8B boulder! I do a significantly different method from people who have tried like Sam Ometz. Adam Ondra climbed with a flat pinch left hand to go towards a two-finger or mono, put the left foot and go away from a good three-finger pocket. Despite a good foothold, it’s hard to hold those kind of tiny holds in a 35° overhang and solve that really far dynamic move. AT my first try on it, I quickly found the sequence and starting from the jug I fell to this last move, so I told myself that I had my chances. In terms of beta, I manage to sit very hard on my heel and do a cross with a tiny crimpt that cut my skin if I hold it more than 3 times in the session. It allows me to do a cross in this bi/mono before the final move. What’s pretty funny in the end is that I only managed this section once, and it was during the send, a real hold-up! I did a try to see how were my power after the 9a approach, to see if I had enough strenght to do the boulder from the ground. I gave all and I did it! I think the boulder crux suits me really well. Nobody arrived to climb the whole section except Adam and me, so for me it’s no less than 8A+ boulder.

It’s for sure Dylan’s hardest route despite having not put a siege here with only 7 sessions, 5 to tick the 9a approach and 2 to link the top boulder. Before Dylan was crushing 9a’s like his dog Panda its kibbles. So his margin seems further. The future will tell…

Photo: Rémi Degenne

Dylan Chuat - Hyper Finale 9a+

L’article Dylan Chuat réalise Hyper Finale 9a+ – Dylan Chuat sends Hyper Finale 9a+ est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Michaela Kiersch écume Magic Wood – Michaela Kiersch crushing Magic Wood (+video)

27 mai 2022 à 20:34

Plutôt habituée du harnais et de la corde, l’américaine Michaela Kiersch a réalisé pas mal de belles réalisations en bloc depuis ce début d’année, avec entre autres en mars son premier 8B+ bloc avec “Hailstorm” à Ogden, ou encore le debout de “Meadowlark Lemon” (8A+/B) à Red Rocks. En voyage en Suisse actuellement, Michaela vient de réaliser une super semaine à Magic Wood avec pas moins de 2 8B blocs classiques (“Steppenwolf” et “Riverbed”) et le célèbre 8B+ des lieux, “New Base Line”. Ce dernier aura succombé en seulement 4 petites séances, une pour faire les mouvements et 3 autres pour l’enchainement !
À noter que Michaela partage son voyage avec Nina Williams et Alex Puccio, cette dernière cochant récemment aussi “Steppenwolf” (8B). Le trio infernal n’a peut-être pas fini de frapper ici ! Ci-joint la balade de Michaela dans “Riverbed” (vidéo non-coupée).

Rather accustomed to harness and rope, the American Michaela Kiersch has achieved quite a few bouldering feats since the start of the year with, among others, her first 8B+ in March with “Hailstorm” in Ogden, or the stand start of “Meadowlark Lemon” (8A+/B) in Red Rocks. Currently travelling in Switzerland, Michaela has just had a great week in Magic Wood by sending no less than 2 classic 8B boulders (“Steppenwolf” and “Riverbed”) and the most famous 8B+ of the area, “New Base Line”. This one got done fast in just 4 short sessions, one to learn the moves and the others to link!
Note that Michaela is on the road with Nina Williams and Alex Puccio-Alex recently claimed “Steppenwolf” (8B) herself. The infernal trio may not have finished crushing here! Above is Michaela’s seemingly relaxed walk up “Riberbed” 8B (uncut video).

L’article Michaela Kiersch écume Magic Wood – Michaela Kiersch crushing Magic Wood (+video) est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Film : Le Marathon de Katherine

27 mai 2022 à 12:16

Le documentaire “Le Marathon de Katherine” est désormais disponible gratuitement ! En octobre 2019, la grimpeuse suisse Kathy Choong réalisait son second 9a avec “Jungfraumarathon”, une ligne interminable de résistance sur le site de Gimmelwald (proche de l’Eiger). Découvrez la superbe ambiance alpine des lieux et les mouvements puissants de cette voie exigeante libérée en 2006 par Simon Wandeler ainsi que la personnalité de Kathy, persévérante, extrêmement méthodique et déterminée. Un beau film de 25 minutes signé Nicolas Falquet.

“J’ai commencé à bosser la voie en octobre 2018, mais il y a eu très vite la neige, j’ai pu y retourner au printemps, et j’ai pu le finir à l’automne après un été super chaud, cela m’a pris environ 60 essais !” résume-t-elle !

“Le Marathon de Katherine” documentary is now available for free! In October of 2019, Swiss woman Kathy Choong ticked her second 9a with “Jungfraumarathon”, an endless resistance route located in Gimmelwald, close to the Eiger. Discover the magnificent alpine atmosphere and the powerful moves of the route first ascended by Simon Wandeler in 2006. Learn about Kathy’s personality: methodical, hard-working, determined… A beautiful 25-minute long movie produced by Nicolas Falquet.

“I tried the route for the first time during the Fall of 2018 but snow came early. I continued to work the line during the next Spring and was able to send it the next Fall after a hot summer. It took me around 60 tries”.

L’article Film : Le Marathon de Katherine est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Ana Belen Argudo, la grimpeuse espagnole en forme – Ana Belen Argudo, the Spanish woman on fire (+video)

25 mai 2022 à 16:17

Après une ribambelle de 8c ces derniers mois dont le célèbre “Cavario del Sicario”, la jeune grimpeuse Madrilène Ana Belen Argudo (20 ans) est vraiment en forme ! Ana a continué sa moisson de voies dures à Cuenca et passe à la vitesse supérieure ce printemps. Il y a 2 mois, elle réalisait sa première voie en 9a avec “Cordia Maleficarum”. Cette voie est une connexion entre le 8c de “Corazon Cofrade” et le 9a+ d’Alex Garriga “Malleus Maleficarum”. Le lendemain, Ana était déjà au travail du projet suivant et il y a un mois c’est “El Intento” 8c+/9a qui succombe. “Cela a été 2 mois de pur dévouement et motivation” confie-t-elle sur son compte Instagram, avant de s’accorder une pause bien méritée. Ana devient la 3ème grimpeuse espagnole à avoir gravi du 9a après Josune Bereziartu et Mar Alvarez. Retrouvez dans la vidéo ci-dessous sa répétition de “Cordia Maleficarum” !

After having sent numerous 8c’s these past months, especially the famous “Cavario del SIcario”, young woman (20 years old) from Madrid, Spain Ana Belen Argudo is on fire! She continued her rampage with a lot of hard sends in Cuenca this winter and since this Spring, a new step has been reached. Around 2 months ago, she climbed her first 9a with “Cordia Maleficarum”. This route is a link between “Corazon Cofrado” and 9a+ from ALex Garriga, “Malleus maleficarum”. The day after having sent her first 9a, Ana was working the next project and a month ago, “El Intento” (8c+/9a) went down! “It was 2 months of pure dedication and motivation” she wrote on her Instagram account, before announcing a weel-deserved break. Ana became the 3rd Spanish woman in the 9th degree after Josune Bereziartu and Mar Alvarez. Watch the send of “Cordia Maleficarum” in the video below!

Photo : Javi Pec

L’article Ana Belen Argudo, la grimpeuse espagnole en forme – Ana Belen Argudo, the Spanish woman on fire (+video) est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Video: Jorge Diaz-Rullo, El Bon Combat 9b

25 mai 2022 à 08:39

Intitulée “La perfection du mouvement”, cette belle video met en scène le falaisiste espagnol Jorge Diaz-Rullo dans “El Bon combat”, la King Line de Chris Sharma à La Cova del Ocell en Catalogne. Jorge revient sur le processus dans la voie qui a été dure à conquérir, avec cette satanée lolotte en guise de crux qui l’aura fait chuter tant de fois… Jorge en a profité pour cocher aussi le bloc de “Catalan witness the fitness” et la traversée de “Super Blood Wolf Moon”. En tout, pas moins de 32 jours sur place en pleine période Covid et plus de 50 essais ont été nécessaires pour faire la croix ! Un beau documentaire signé Adri Martinez !

Entitled “The Perfection of Movement”, this nice video shows Spanish rock climber Jorge Diaz-Rullo attempting “El Bon Combat”, Chris Sharma’s King Line in Cova Del Ocell, Catalunya. Jorge shares his process on the route, a hard one to conquer, with this insane dropknee by way of crux which defeated him time and again… 32 days and 50+ tries later, here is the send! You will also see footage of Jorge warming up to the task by sending “Catalan witness the fitness” and the “Super Blood Wolf Moon” traverse. A wonderful documentary produced by Adri Martinez! And a must watch!

L’article Video: Jorge Diaz-Rullo, El Bon Combat 9b est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

Courchon, belle face Sud aux portes du Verdon – Courchon, nice South face on the edge of the Verdon

24 mai 2022 à 17:14

Description Générale :
Perchée au dessus du village de Moustiers et surplombant le lac de Ste-Croix, la falaise de Courchon se caractérise par un superbe calcaire compact et sculpté, le tout dans un cadre assez sauvage proche des gorges du Verdon. Trous, colonnettes, murs, dévers, réglettes, rocher très coloré, belle vue panoramique, approche magnifique par le plateau, voies intermédiaires sur de beaux murs verticaux comme difficiles dans des dévers plus ou moins prononcés, cet endroit aura beaucoup d’atouts pour vous séduire !

Note : Suite à un accident mortel intervenu en janvier 2016, la falaise a été interdite temporairement. Près de 6 ans après, nous avons contacté la FFME locale et la mairie de Moustiers afin de savoir si l’interdiction avait été levée et si nous pouvions publier cet article. Personne ne nous a répondu, alors que la falaise est répertoriée dans les topos du coin…

Fanatic Destination Courchon

Saisons :
La plupart des murs de cette dentelle sont au soleil mais orientés sud-ouest, donc passent au soleil puis à l’ombre en fin de journée, quand le soleil passe derrière la crête. L’hiver le vent d’ouest peut être rude, et les résurgences nombreuses. Préférer les journées ensoleillées avec peu de vent. L’intersaison permettant de jouer entre ombre et soleil au gré des températures et réduisant les résurgences, nous semble la période la plus propice (printemps/automne).

Voies recommandées :
– 6a/b : sans noms sur du beau caillou sur la partie de gauche de Courchon du haut.
– 6c : “La Gorgeon”
– 7a/+ “Bipolaire” 7a, “Les voleurs de boulettes”, “Mon copain grigri” 7a+
– 7b/+ : “Le poulailler” 7b, “Pour un bébé fluo” 7b+
– 7c : “Sarbacane”
– 8a/+ : “Babo Babo” 8a, “Les nains à la fête” 8a+, “Moins Tonique” 8a+
– 8b : “Plutonique”
– 8b+ “Jeunetvrillé”
– 9a : la superbe proue déversante de “Casi Mono”

Fanatic Destination Courchon

Topo :
Le topo le plus complet se trouve dans le HS Grimper spécial Verdon ou le topo Inté’Graal Verdon

Dormir, manger et boire :
Attention, le premier village à proximité du parking de la falaise est à 20 minutes (15 minutes de petite route et 5 minutes de pistes)
De nombreux restaurants et hébergements sont disponibles à Moustiers ou à Riez. Pensez à la pizzeria “La table Toscane” à Riez, et au café Marguerite du grimpeur local Elie Morieux à Moustiers.

Fanatic Destination Courchon

A-côtés :

  • Grandes-voies à l’Escalès
  • Balades dans les nombreux GR et sentiers de rando du Verdon
  • Marchés provençaux, notamment celui du samedi à Riez

A éviter :

  • Faire du feu sur le plateau (au parking de la falaise) si vous restez en bivouac
  • Les abords du lac de Ste-Croix en saison estivale
  • Venir sans sa doudoune si du vent est prévu !
Fanatic Destination Courchon

General Description:
Perched above the village of Moustiers and overlooking the Ste-Croix lake, the Courchon crag offers beautiful compact walls of superbly sculpted limestone, all in a rather scenic setting close to the Verdon gorge. Tufas, pockets, edges, slopers, crimps, very colourful rock, beautiful panoramic views, magnificent approach through the plateau, intermediate routes on beautiful vertical walls as well as difficult ones in more or less pronounced overhang, this place has many cards up its sleeves to seduce you!

Seasons:
Most of the walls of this crag are oriented South-West, so get into the sun at the end of the day, then in the shade when the sun disappears behind the ridge. In winter the Western wind can be harsh, and seepage is an irritant. Prefer sunny days with less/no wind. The off-seasons, which allow playing between shade and sun according to the temperatures and minimising the issue of seepage, seem to us to be the most favorable periods (Spring /Fall).


Ticklist:
– 6a/b : without names, located in the left part of Courchon upper wall
– 6c : “La Gorgeon”
– 7a/+ “Bipolaire” 7a, “Les voleurs de boulettes”, “Mon copain grigri” 7a+
– 7b/+ : “Le poulailler” 7b, “Pour un bébé fluo” 7b+
– 7c : “Sarbacane”
– 8a/+ : “Babo Babo” 8a, “Les nains à la fête” 8a+, “Moins Tonique” 8a+
– 8b : “Plutonique”
– 8b+ “Jeunetvrillé”
– 9a: the majestic prow of “Casi Mono”

Fanatic Destination Courchon

Topo:
The most complete guidebook is in the HS Grimper Magazine


Sleeping, eating and drinking:

Warning, the first village near the car park of the crag is 20 minutes away (15 minutes on a small road and 5 minutes on tracks)

Many restaurants and accommodations are available in Moustiers or Riez. The pizzeria “La table Toscane” in Riez, the café Marguerite of local climber Elie Morieux in Moustiers.

Besides climbing:

  • Multipitch routes at L’Escales
  • Hiking on the many GR and trails of the Verdon
  • Provençal markets, especially the Saturday market in Riez

To avoid:

  • Light a fire on the plateau (at the parking lot of the crag) if you bivouac
  • The surroundings of Lake Ste-Croix in the summer season
  • Coming without your down jacket if wind is forecast!
Fanatic Destination Courchon

L’article Courchon, belle face Sud aux portes du Verdon – Courchon, nice South face on the edge of the Verdon est apparu en premier sur Fanatic Climbing.

❌