Grimp'RSS

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierGrimpeez

Le Montpelliérain Seb Bouin réalise DNA, potentiellement le 2ème 9c au monde !

17 mai 2022 à 16:26
Par : Rédaction

Dimanche 24 avril, l’athlète Black Diamond Seb Bouin signe une performance incroyable et bouscule le monde de l’escalade. Ce grimpeur, qui fait partie de l’élite très fermée du haut niveau, réalise un exploit ultime en enchaînant « DNA ». Si Seb Bouin n’a pas encore fermement statué entre 9b+ et 9c, les arguments semblent pencher en faveur d’un 9c. Cette performance d’une difficulté hors normes serait alors le deuxième enchaînement mondial d’un 9c dans l’histoire de l’escalade

Après de nombreuses croix majeures et à l’affût d’un nouveau challenge, Seb Bouin équipe cette voie située à la Ramirole (Verdon, France) en 2019. Rejoint-elle alors l’extrême difficulté et la cote ultime de « Silence » libérée par Adam Ondra à Flatanger (Norvège) ? Comment Seb est parvenu à accomplir une telle performance sportive ? 

L’athlète nous raconte à chaud la réalisation de ce projet de longue haleine ; le choix de l’ouverture, des conditions, le tracé de la voie, ses sensations et enfin son estimation de la cotation. 

« J’ai équipé cette voie durant l’été 2019. Après avoir réalisé la première ascension de « La rage d’Adam » (9b/+), je voulais un autre challenge, quelque chose d’encore plus dur. Je me suis dit qu’il me fallait une voie vraiment au-dessus de mon niveau pour que je puisse me dépasser. Une ligne qui me motive à y retourner encore et encore, quelque chose de beau, d’impressionnant, dans un endroit somptueux.

La Ramirole était l’endroit parfait pour ça. C’est une falaise qui est en condition une grande partie de l’année, pas loin de la maison. L’endroit est magique et donne envie de se dépasser.  Je connais cette paroi par cœur, j’y grimpe depuis plus de 10 ans. S’il y avait un endroit pour se lancer un tel défi, c’était celui-là. En regardant bien le mur, j’ai vu qu’il y avait une ligne en plein milieu, dans l’immense baume, dans une partie avec très peu de prises. 

Je me suis dit que je devais tenter, au risque que ça ne passe pas. Au premier contact avec le rocher, il y avait bien des prises mais je ne savais vraiment pas quoi en penser. Le dévers est tellement gros mais il fallait essayer. Les premières montées ont été laborieuses. Je ne comprenais rien. Ça me paraissait trop loin, trop dur, trop compliqué. Lors de la fin de saison 2019, j’ai commencé à trouver des méthodes et comprendre la ligne. » 

Interview de Seb Bouin

Raconte-nous cette voie…

«  La voie commence avec un 8c de 5 dégaines pour arriver à un repos. Ensuite il y a quelques mouvements moins durs pour rejoindre le premier pas de bloc en 8a. C’est un pas assez spécial, il faut jeter un pied droit comme sur les compétitions de bloc actuelles. Puis il faut se propulser sur une colo très éloignée. La condition physique ne permet pas de le réussir à tous les coups. C’est vraiment aléatoire.

Suite à cela, il y a le second pas de bloc de la voie en 8a+. C’est vraiment très physique, il faut tenir une pince main gauche pour aller chercher une inversée qui zippe souvent. Pour cette section il faut que « ça colle ». Les conditions météo jouent beaucoup.

À la sortie de ce crux il y a un repos qui permet de récupérer ses esprits avant de repartir pour une dernière bagarre dans un 8c+ final. » 

2020 :

Travail de la voie durant 5 mois, de juillet à novembre. 

2021 :

Travail de la voie durant 6 mois, de juillet à décembre. 

2022 :

« J’ai fait un premier trip de 14 jours début Avril. Je suis ensuite rentrer m’entraîner une semaine, et je suis revenu pour un second trip. Je l’ai faite lors du 3ème jour du deuxième trip 2022. » 

Comment s’est passé le jour de l’enchaînement ? 

«  10°, du vent, un temps sec,… Les conditions parfaites. Cependant, je n’avais pas dormi de la nuit. J’étais stressé, et du coup fatigué. Mais on était là, et les bonnes conditions faisaient oublier la fatigue. Étonnamment, je me sentais léger, je volais sur les prises dans les voies d’échauffement.

Il y avait un truc. J’étais en forme, et avec les conditions incroyables, je le sentais, j’avais ma chance. Mais j’avais déjà eu tellement de fois ma chance, …

Départ dans la voie, je me sens voler, pas de fatigue, ça avance un peu tout seul sans réfléchir, comme un robot qui exécute la même tâche depuis des centaines de fois.

Arrivé au crux, ça colle, ça tient. Incroyable. Mais en même temps il faut rester lucide et ne pas tomber dans le dernier 8c+. » 

Quelles étaient tes sensations ? 

« Lorsque je me suis retrouvé en haut de la dernière partie dure, je ne comprenais pas bien, j’ai eu tellement de doutes, j’appréhendais les derniers mouvements par peur de tomber. C’était là, c’était fait. J’ai passé énormément de temps à exécuter les mêmes mouvements, à tomber des dizaines et dizaines de fois au même endroit. C’est dur de réaliser. » 

J’ai passé plus de 150 jours et réalisé plus de 250 essais dans la voie. 

À quel moment les conditions étaient-elles optimales ? 

« Je suis venu en plein hiver, il faisait -11° le matin… Je cassais les stalactites avant de grimper… Je pensais que des températures très fraiches (0° à -5°) m’aideraient beaucoup à tenir cette pince main gauche dans le crux. Comme je n’ai pratiquement jamais l’onglet, je me suis dit que c’était une bonne idée que d’essayer cette voie en hiver.

Cependant j’avais sous-estimé deux choses. La première était l’effet global du froid sur le corps. Je me sentais tout engourdi, je bougeais moins bien et moins vite entre les prises. Je me sentais moins à l’aise. Et puis, c’était difficile de se reposer pour un deuxième essai. Comme il faisait très froid, je n’avais pas envie d’attendre, et donc souvent je ne me reposais pas assez entre deux tentatives.

Le deuxième effet insoupçonné est le changement rapide des conditions. Un matin tout est gelé, un autre tout est mouillé, puis il y a du vent, etc… Je ne savais pas si la voie allait être en conditions le jour d’après. Si tout était gelé, c’était bon, car l’eau ne coulait pas sur les colonnettes dans ce cas. Si ce n’était pas gelé, mais qu’il y avait du vent, alors c’était bon aussi. Mais si ça dégelait, sans vent, alors les prises étaient mouillées. Parfois les prises clefs étaient assez sèches et je pouvais essayer, parfois non. Bref, cela jouait assez fort sur le moral, c’était difficile de rester sur place sans savoir si la voie sera essayable le lendemain. » 

Deuxième 9c au monde ?

« C’est la grande question. Il y a deux scénarios possibles, le 9b+ où le 9c.

Avant de me prononcer je vais peser le pour et le contre pour essayer d’avoir l’esprit le plus clair possible. Je vais prendre en compte différents paramètres pour tenter d’être le plus juste : les comparaisons avec d’autres voies, le temps passé et le style de grimpe.

Si je compare DNA avec d’autres voies que j’ai faite où que j’essaie, c’est vraiment un cran au-dessus. À côté de Move (9b/+) et Bibliographie (9b+), j’ai l’impression que cette voie est simplement plus dure. Le temps consacré à travailler la voie est aussi indicateur de la difficulté. DNA est clairement la voie où j’ai passé le plus de temps, entre 150 et 200 journées. En comparaison, il m’a fallut 40 journées dans Bibliographie, 40 journées également pour réussir Move, 25 pour Mamichula (9b) et 50 journées pour Beyond intégral (9b/+). Non seulement je passais du temps, mais je me préparais aussi physiquement à chaque fois en parallèle. Ce n’était pas juste aller à la falaise et essayer pour voir. Je venais avec la ferme intention d’être prêt. C’est la voie dans laquelle je me suis le plus investi.

Le dernier élément à prendre en compte est le style de grimpe. La Ramirole, c’est la falaise qui me convient le mieux, j’y grimpe régulièrement depuis plus de 10 ans. Le fait que DNA soit 100% mon style de grimpe est à prendre en compte dans la cotation. Par exemple, Bibliographie (Ceuse) me correspond moins avec des petites prises et peu de dévers, ce n’est pas mon point fort. 

Donc si je prends en compte le fait que cette voie me convienne parfaitement, que j’y ai mis un investissement beaucoup plus grand que dans les autres voies, et que je ressens cette voie comme plus dure, le 9c semblerait approprié. Cependant, j’ai quand même de gros doutes. Est-ce que cette voie serait du même niveau que Silence ? Est-ce que je n’ai pas passé tout ce temps en partie à cause du processus de première ascension ?

Choisir 9b+ serait la sécurité. Depuis 2014 sur cette falaise je propose des cotations bien serrées et au final personne n’a encore répété une de ces voies. Je pense que si je propose 9b+, il y a peu de chance pour que quelqu’un vienne mettre l’investissement nécessaire pour cette voie.  En France, j’ai réalisé plus de 20 premières ascensions entre le 9a et le 9b/+ qui n’ont jamais été répétées.

Choisir le 9c, c’est prendre un risque. Celui de voir sa voie décotée. Comme il n’y a qu’une proposition à 9c dans le monde, c’est assez dur d’être sûr et confiant. Je n’ai jamais essayé une voie de difficulté similaire. Il faut prendre le 9c comme une « proposition », qui a maintenant besoin d’autres grimpeurs pour donner leurs avis – afin de confirmer où d’ajuster.

C’est la manière dont sont construite les cotations : la somme des opinions rend la cotation de moins en moins subjective. Notre sport est magnifique, nous n’avons pas besoin de juges, nous sommes avons nous-même ce rôle. Être athlète et évaluer sa propre performance, c’est beau, mais en même temps difficile.

C’est pourquoi j’aimerais inviter d’autres grimpeurs à venir essayer DNA. C’est une voie magnifique, dans un lieu incroyable, pas trop excentré du reste du monde. Je pense que DNA a tous les atouts pour intéresser et plaire. » 

Un projet à faible impact carbone 

« Trouver et équiper un projet comme celui-là à côté de la maison est vraiment une solution d’avenir pour notre mode de fonctionnement. Pas d’avion, pas beaucoup de déplacements. Et une des lignes les plus belles au monde. » 

Des lignes non répétées 

« Depuis plus de 10 ans, je réalise des premières ascensions à cette falaise de la Ramirole, qui pour l’instant n’ont pas encore été répétées. Parmi les plus marquantes : 

2014 : Pajarito 9a 

2015 : A Muerte Bilou 9a

2016 : L’homme demain 9a+

2018 : La côte d’usure 9a+

2019 : La rage d’Adam 9b/+

2022 : DNA, 9c ? » 

L’article Le Montpelliérain Seb Bouin réalise DNA, potentiellement le 2ème 9c au monde ! est apparu en premier sur Grimpeez.

Il est possible de participer au Petzl Roctrip de Manikia à distance.

13 mai 2022 à 12:22
Par : Rédaction

Le Petzl Roctrip est de retour. Et avec style. Le lieu choisi pour l’édition 2022 est Manikia, une ville grecque située sur l’île d’Eubée, à seulement deux heures de route de la capitale, Athènes.

L’escalade sportive a commencé à se développer à Manikia en 2021, et à la fin de cette même année, une partie de l’équipe d’athlètes Petzl était déjà sur place pour équiper plusieurs murs. Aujourd’hui, il y a déjà des dizaines de secteurs, tant en escalade sportive qu’en grande voie.

L’intention de Petzl est de faire connaître la région au niveau international et le développement de l’escalade dans la région permettra à l’économie locale de se développer. Le Petzl Roctrip se tiendra du 12 au 15 mai 2022 et réunira les athlètes internationaux de la marque tels que Chris Sharma, Dave Graham, Margo Hayes, Sasha DiGiulian, Dani Andrada, Alex Megos, Conrad Anker, Nico Favresse, Sean Villanueva, Edu Marín, Michaela Kiersch, Martina Demmel, Sean Bailey et Cédric Lachat.

Suivez le Petzl Roctrip à distance

La marque française précise que « l’événement a un nouveau format qui permettra à chacun d’y participer ». Pendant les jours du Roctrip, ceux qui le souhaitent pourront assister à des ateliers pratiques sur l’escalade en ligne et profiter de contenus spéciaux. Il sera également possible de suivre la série Creative Onsight, dans laquelle plusieurs grimpeurs de l’équipe Petzl ont créé leur propre contenu avec des photographes et des vidéastes.

Creative Onsight mettra en valeur Manikia en termes d’escalade mais aussi les trésors de la région. Tout cela dans un seul but, récolter des fonds pour le projet Manikia.

L’inscription pour participer à distance au Petzl Roctrip by Manikia est gratuite et peut être effectuée via le site web créé spécialement pour l’événement.

L’article Il est possible de participer au Petzl Roctrip de Manikia à distance. est apparu en premier sur Grimpeez.

Film – Le dernier Tepui

11 mai 2022 à 16:15
Par : Angélique

Le dernier Tepui fait parti d’une série de nouveaux documentaires diffusés le 22 avril, pour marquer le Jour de la Terre. Nous avons eu l’occasion de le voir, et au-delà des images époustouflantes, de la performance des grimpeurs, notamment Alex Honnold, c’est l’urgence climatique et écologique qui nous intime à le partager. Le film montre l’importance de la biodiversité de notre planète à travers le discours du biologiste Bruce Means.

Disney + et National Geographic ont décidé de célébrer cet événement en mettant à disposition de magnifiques documentaires qui visent à démontrer l’importance de la conservation de la biodiversité incroyablement diversifiée qui anime les différents milieux naturels de notre planète.

Présentation du documentaire

Ce film documentaire sortie récemment, en anglais Explorer : the last Tepui, met en avant les protagonistes Alex Honnold, Mark Synnott, Michael Strahan, Franklin Gorge,Troy, Fuco Pisani, Brian Irwin et Bruce Means, dans une quête à la découverte de nouvelles espèces encore inconnues dans un endroit où personne n’a jamais mis les pieds… En pleine jungle, l’équipe de scientifiques et grimpeurs, essaient tant bien que mal de ce frayer un chemin jusqu’au pied de la falaise, guidés par le scientifique-biologiste Bruce Means, dont l’objectif fixé était de gravir une paroi rocheuse (le tepui) que personne n’avait osé gravir auparavant, pour prouver ou infirmer sa théorie scientifique.

Au cours de ses 50 ans de carrière de chercheur à étudier les reptiles et les amphibiens, Bruce Means a publié 235 articles scientifiques, a participé à de nombreux documentaires et a découvert 14 nouvelles espèces, 7 genres, 2 familles et de multiples sous-familles et taxons. 

Bruce Means – (National Geographic/RYAN VALASEK)

Synopsis du film

« Les équipes de National Geographic ont suivi le grimpeur américain Alex Honnold (le héros du film « Free solo », Oscar® du meilleur documentaire en 2019) et un groupe d’alpinistes chevronnés mené par l’explorateur Mark Synnott alors qu’ils cherchent une nouvelle route vers un tepui niché au plus profond de la jungle amazonienne, un immense plateau rocheux aux contours abrupts englouti dans les nuages. Leur objectif : emmener le biologiste Bruce Means – également explorateur National Geographic – au sommet de cette « île dans le ciel ». Mais avant d’y arriver et d’aider le Dr Means à accomplir l’œuvre de sa vie – la recherche d’espèces animales encore inconnues – tous vont devoir affronter des kilomètres de danger. De cette mission aussi périlleuse que magnifique, l’équipe est revenue avec des images exceptionnelles, alliant la beauté de ce trésor de biodiversité à l’exploit physique des grimpeurs. »

Réalisateur : Renan Ozturk et Taylor Freesolo Rees.
Producteur : Brandon Royal.
Compositeur : Ben Zebelman.
Société de production : Sixty Six Media, Inc. et ABC News Studio. et National Geographic.
Distributeur : Disney+.
Sortie USA : 22 avril 2022.
Sortie française : 22 avril 2022.
Titre original : Explorer : the last Tepui.
Durée : 55min.

Bande annonce du film

Pour voir le film

  • Disney +

L’article Film – Le dernier Tepui est apparu en premier sur Grimpeez.

Film – Swissway to Heaven

10 mai 2022 à 15:11
Par : Angélique

Depuis quelques temps, nous avons à coeur de vous partager des films de montagne et d’escalade, des films qui nous font rêver, grandir, réfléchir et surtout rire !

Dans cet article on vous parle du film Swissway to Heaven, réalisé par Guillaume Broust. Ce long métrage nous fait découvrir l’escalade Suisse à travers ses falaises et son histoire.

Ce film met en lumière le projet de Cédric Lachat de gravir cinq grandes voies parmi les plus dures de Suisse : Odyssée (8a+, 1 400 m) en face nord de l’Eiger, The Fly (8c, 550 m) dans le Lauterbrunnental, Yeah Man (8b+, 330 m) sur la falaise de Gastlosen, Zahir (8c, 300 m) sur la paroi sud des Wendenstöke, et Déjà vu, un 8c+ de 250 m jamais libéré du Rätikon.

Présentation du film

« Swissway to Heaven est un film documentaire sur l’escalade grande-voie, qui met en valeur un pays hors du commun et des sites naturels fabuleux. Cédric Lachat et ses partenaires d’escalade (Nina Caprez, Tobias Suter, Mélissa Le Nevé et Fabien Dugit) ont filmé durant deux ans leurs efforts acharnés pour enchaîner les voies les plus difficiles sur cinq grands murs légendaires de Suisse.

On y découvre l’histoire, les valeurs et l’évolution de l’escalade en Suisse à travers le témoignage de légendes et pionniers de l’escalade (Beat Kammerlander, Claude Remy, Stephan Siegrist ou Roger Schaeli). » (Guillaume Broust)

Durée : 55 mn

Date de sortie : 2021

Le film

L’article Film – Swissway to Heaven est apparu en premier sur Grimpeez.

8ème édition d’Annot à Bloc

9 mai 2022 à 16:34
Par : Angélique

Nouvelle édition, nouvelle organisation et nouveau partenariat pour cette édition d’Annot à Bloc, la fête de l’escalade au Pays des Grès !

Le concept

Le village d’Annot est, depuis de très nombreuses années, réputé pour sa formation géologique de grès, terrain de jeu de prédilection pour les sportifs du monde entier.

Ils viennent chercher sur ce site exceptionnel, classé « Espace Naturel Sensible » en 2014, une topologie idéale pour pratiquer deux courants majeurs de la « grimpe » : l’escalade traditionnelle et l’escalade sur blocs.

Le concept d’Annot à Bloc : proposer, le temps d’un week-end, des animations pour tous autour de l’escalade, et dans une ambiance festive et conviviale.

Le programme

Samedi 21 mai 2022

08h30 Ouverture de l’accueil, des Inscriptions et du village partenaire

09h00 / 17h30 Contest sur blocs naturels

10h00 / 17h00 Animations pour les enfants sur la place du village (initiation escalade, accrobranches et tyrolienne…)

16h00 Défi escalade pour les enfants sur le mur mobile (place du village)

17h00 Séance de yoga

18h00 Finales scratch femmes sur le pan de mur artificiel

18h45 Apéro gratuit offert par la Mairie

19h15 Finales scratch hommes sur le pan de mur artificiel

20h00 – 21h30 Barbecue, snack, foodtruck, buvette

21h30 Concert DJ : Energy Events

Dimanche 22 mai 2022

10h00 – 14h00 Animations pour les enfants sur la place du village (initiation escalade, accrobranches et tyrolienne…)

10h00 / 12h00 Animation participative : brossage et escalade dans les grès, réhabilitation des blocs du secteur de la gare

13h00 Finales jeunes sur le pan de mur artificiel

13h45 Grande tombola

Informations

  • Inscription en ligne
  • Contest selon les règles en vigueur
  • Contact : Service Animation / Mairie d’Annot – Tel : 04 92 83 22 09

L’article 8ème édition d’Annot à Bloc est apparu en premier sur Grimpeez.

Livre – Zian au Mont-Blanc

8 mai 2022 à 14:14
Par : Angélique

Notre équipe Grimpeez se penche de plus en plus sur les livres attraits à la montagne et à l’escalade. Récemment, nous avons découvert le livre jeunesse intitulé « Zian au Mont-Blanc » et écrit par Hervé Dupied et illustré magnifiquement par Simon Charrière.

Nous remercions chaleureusement les Editions Paulsen jeunesse de leur collaboration amicale pour nous avoir présenté et fait parvenir ce livre merveilleux.

Avant d’ouvrir les pages de ce livre, on ne s’attend pas à être autant emporté par Zian le personnage principale du livre et son aventure en montagne. A travers le fils des pages, les auteurs nous plonge dans une réflexion simple et bienveillante des questionnements de la vie et notamment sur soi.

Résumé

« La vie de Zian, c’est picorer. Picorer du matin au soir, miette après miette. Une vie entière à picorer. Un destin bien trop monotone pour le petit oiseau qui rêve d’aventures. Comme les Lapinistes, il veut gravir les montagnes. Comme eux, il veut rejoindre les sommets et connaître le Grand Frisson ! Alors, il s’élance… »

Hervé Dupied et Simon Charrière ont puisé dans leur amitié et dans leurs souvenirs d’alpinistes pour raconter cette histoire de montagne à hauteur d’enfant. Un conte initiatique et drôle qui nous embarque à Lapinix, au pied du mont Blanc, pour un voyage vertigineux au cours duquel notre héros devra faire preuve d’ingéniosité et de beaucoup de courage pour réaliser son rêve, porté par les rencontres inattendues faites en chemin avec Astrid l’Intrépide, Cerf-à-rien, Hiphiphipura, Knourstzer, Pierre, Bille-en-tête…

Avis de la rédaction

Ce petit livre jaune avec son petit oiseau nommé Zian dessiné sur la page de couverture nous évoque simplicité et légèreté. En effet, ce livre au traits fins et amusants avec son histoire plaisante nous plonge dans un univers sensiblement touchant.

Zian est un petit oiseau qui a des rêves et qui veut les suivre malgré les embuches. Et à travers cette histoire, on s’interroge avec Zian sur la réalisation de nos rêves, de nos aventures et sur le cheminement de ceux-ci.

Durant son aventure, le petit Zian rencontre d’autres animaux, comme nous nous rencontrons d’autres humains, et où parfois naissent de ces rencontres le début d’une amitié ou d’un enseignement sur la vie.

Immergés dans cette histoire, au décor de Chamonix, les caricatures de cet univers rendent le fond du sujet, plus doux et léger. On appréciera de ce livre, sa fraicheur et son intensité.

Adaptée à tous profil de lecteurs dès 6 ans, cette histoire n’a pas d’âge, épurée, simple et forte en même temps, elle est à l’image de la montagne : raconter des choses belles et puissantes à la fois.

Informations spécifiques

Editions Paulsen

Parution : 10 mars 2022

Thème Montagne
Genre Fiction
Format (Taille) 19 x 25 cm
Nombre de pages 64
Collection Exploration
Format Livres illustrés

Acheter le livre

Prix : 16,90€

Pour aller plus loin

Dans notre rubrique « Livre » à lire également

Livre – Là-haut, mammifères d’altitude

Livre – Là-haut, oiseaux d’altitude

Livre – Faune et flore de nos montagnes

L’article Livre – Zian au Mont-Blanc est apparu en premier sur Grimpeez.

Découverte de l’escalade en chine avec Josh et Charlotte Durif

30 avril 2022 à 12:46
Par : Rédaction

Josh et Charlotte sont de retour ! Dans cet épisode, les deux compères voyagent en Chine pour découvrir le meilleur de ce que le pays a à offrir en termes d’escalade, dans et autour de Yangshuo.
Avec une abondance de falaises et de montagnes dans un cadre magnifique, la Chine offre quelque des falaises que Josh et Charlotte n’attendaient pas du tout.

L’article Découverte de l’escalade en chine avec Josh et Charlotte Durif est apparu en premier sur Grimpeez.

Veste homme Cirque Shell de Black Diamond – Test & avis

30 avril 2022 à 12:35
Par : Angélique

De l’innovation chez la marque américaine que l’on ne présente plus ! En effet, créée en 1989 par Yvon Chouinard, grimpeur, alpiniste et chef d’entreprise américain, la marque a beaucoup évolué dans sa production de matériel pour l’escalade et l’alpinisme. Ici, on vous présente un récent produit : la veste Cirque Shell.

Présentation de la veste Cirque Shell, de Black Diamond

« En double trame ultra résistante avec stretch quadri-directionnel et traitée DWR pour être résistante aux intempéries, la Cirque est conçue pour offrir une excellente liberté de mouvements tout en offrant une protection efficace. Cette veste est équipée d’une capuche ajustable compatible avec un casque d’escalade, d’une poche de poitrine permettant de ranger un téléphone ou un topo et de poches repose-mains placées pour pouvoir porter un baudrier. Et en cas de mauvaise visibilité, le logo réfléchissant de la Cirque offre une sécurité accrue. »

Caractéristiques

  • Veste coupe-vent la plus légère, dotée d’un tissu japonais 5 deniers et de la première fermeture YKK Super Lightweight du marché
  • Aérations découpées au laser sous les bras
  • Se range dans sa poche intégrée au col
  • Bas de veste ajustable
  • Poids: 512 g
  • Coupe: Regular
  • Tailles: S-XL

Test & avis de la veste Cirque Shell, de Black Diamond

Cette veste très fine et légère réussit finalement à répondre aux besoins ! Son côté technique en fait une veste de choix pour la pratique de l’escalade outdoor. Sa capuche compatible avec le casque d’escalade ou le baudrier permettent d’être dans le confort.

Malgré les apparences, cette veste coupe-vent est donc légère mais efficace face aux intempéries. Malgré l’averse que nous avons pris sur la tête durant notre séjour à Ailefroide dans les montagnes, cette veste nous a gardé au sec. Cependant, ce n’est pas une doudoune donc elle n’a pas la faculté de tenir au chaud, ainsi il est important de prévoir la couche « chaude » quand on part avec cette veste.

Un dernier détail, mais très bien pensé, le logo réfléchissant, utile lors des fins de journée à la frontale ou des intempéries.

Acheter l’article

L’article Veste homme Cirque Shell de Black Diamond – Test & avis est apparu en premier sur Grimpeez.

33ème Mondial de l’escalade

29 avril 2022 à 09:19
Par : Angélique

Le Mondial de l’escalade, plus de 30 ans que ça dure !

C’est en 1989 que l’évènement voit le jour grâce à une volonté commune d’accueillir un évènement estival majeur dans le Briançonnais. Très vite, le Mondial devient un évènement reconnu de la Coupe du Monde et les grimpeurs venus des 4 coins de la planète grimpent et s’affrontent sur le mur encore visible à Villeneuve, village au coeur de Serre Chevalier Vallée.

En 2018, le Mondial déménage à nouveau vers un lieu tout aussi majeure : le parc des sports de Briançon. Il reste plus que jamais une vraie fête entièrement gratuite d’une semaine qui célèbre la montagne sous toutes ses formes. Compétitions pour les jeunes et vétérans, initiation à l’escalade et autres sports de montagne, projections de films et expositions, salon d’exposants… Il y en a pour tous les goûts !

De l’escalade pour tous, de l’initiation à la compétition

Du plus jeune grimpeur novice au montagnard aguerri, chacun trouvera sa place durant le Mondial de l’Escalade. De l’initiation d’abord, pendant les journées « faites le mur », mais aussi de nombreuses compétitions ouvertes à tous (licenciés et non licenciés) :

  • Le 5ème Baby Grimpe, ouvert à tous les enfants âgés de 5 à 7 ans.
  • Le 6ème Open des petits Gibbons, pour les enfants nés entre 2013 et 2008 (licenciés FFME ou non)
  • La traditionnelle Coupe de France jeunes et vétérans (exceptionnellement open national pour l’année 2021), sur le même mur que la coupe du monde !
  • L’incontournable étape de Coupe du monde IFSC de difficulté Handi Escalade.
  • La spectaculaire Coupe du monde IFSC de difficulté, qui saura nous en mettre plein les yeux sur les 2 derniers jours.

17-23 JUILLET 2022- BRIANCON (05)


Le Mondial de l’Escalade, c’est un large choix de compétitions et d’animations axées montagne , mais aussi culturelles parmi lesquelles tout le monde trouvera son bonheur… Tout ce programme prendra place cette année au parc des sports de Briançon Serre Chevalier Vallée.

Au programme

  • Dimanche 17 juillet,  Open des Petits Gibbons
  • Mardi 19 Juillet, qualifications Coupe de France
  • Mercredi 20 Juillet, Finales Coupe de France
  • Vendredi 22 Juillet, 1/2 Finales étape de Coupe du Monde IFSC de Difficulté
  • Samedi 23 Juillet, Baby grimpe & Finales étape de Coupe du Monde IFSC de Difficulté

Les 52 meilleurs grimpeurs mondiaux s’affronteront lors des qualifications hommes et femmes, puis des demi-finale le vendredi 22 juillet pour obtenir une des huit places pour les finales de samedi 23 juillet à partir de 19h.

Pour tous les détails de l’évènement tant attendu, c’est par ici :

Info pratiques

SPECTACLE GRATUIT 

BUVETTES ET RESTAURATION SUR PLACE. Attention : tous les paiements (buvette, restauration…) dans l’enceinte du Mondial se feront avec des jetons à échanger (2€=1 jeton.) à l’entrée (boutique).

Chiens interdits dans l’enceinte de l’évènement

Toilettes sèches nettoyées et désinfectées 

Lieu

Rendez-vous cette année sur le terrain de rugby du Parc des Sports de Briançon, à deux pas de la piscine et de la patinoire.  L’adresse exacte est au 21 avenue Jean Moulin, 05100 Briançon.

Crédit photo: photo de Stefano GHISOLFI of Italy, © Jan Virt/IFSC. 2021 IFSC World Cup in Briançon (FRA)

L’article 33ème Mondial de l’escalade est apparu en premier sur Grimpeez.

Film – JULIA

28 avril 2022 à 10:08
Par : Angélique

Réalisé par Jocelyn Chavy et co-écrit avec Hugo Clouzeau, ce film retrace l’histoire de la grimpeuse française Julia Chanourdie.

Résumé

Projeté en avant première au Chamonix Film Festival en juin 2021:

« Comment devenir l’une des meilleures grimpeuses du monde ? Julia Chanourdie avait douze ans quand elle a franchi la barre du 8ème degré. 

Aujourd’hui âgée de 24 ans, elle fait partie des très rares femmes à avoir atteint le 9b, l’équivalent du niveau maximal en escalade. Athlète accomplie depuis son adolescence, Julia Chanourdie a été amenée à l’escalade par son père, grimpeur passionné qui est resté son entraîneur. Depuis trois ans, Julia a enchaîné les exploits en falaise, et s’est qualifiée pour les Jeux Olympiques de Tokyo. 

Elle est devenue la grimpeuse incroyable dont son père n’a jamais douté. 

Voici l’histoire d’une passion totale pour des minutes volées à la gravité, une histoire singulière entre un père et sa fille surdouée. »

La bande annonce du film

L’article Film – JULIA est apparu en premier sur Grimpeez.

Dave Graham enchaîne le bloc en 8C le plus technique de sa carrière !

27 avril 2022 à 16:25
Par : Rédaction

Dave Graham, 40 ans, vient d’ajouter à son carnet de bloc extrême « Primitivo » 8C, un bloc situé dans le Valle Bavona, en Suisse. « Primitivo » a été escaladé pour la première fois par Jimmy Webb et a été répété par Giuliano Cameroni, Isabelle Faus et Daniel Woods, entre autres.

Dave Graham est sans nul doute possible l’un des meilleurs grimpeurs américains depuis déjà plus de 20 ans. Dans une analyse de son ascension, Graham a déclaré : « J’ai pensé à l’endroit où je plaçais mon corps et j’ai réalisé que mon pied gauche était décalé d’environ 20 cm par rapport à l’endroit où il se trouvait dans lorsque je regardais une vidéo tournée lors du travail de ce pas. J’ai alors commencé à me pencher plus à gauche, et j’ai réalisé que cela me permettait de charger suffisamment mon talon.

« J’ai recommencé à réussir le premier mouvement. Après cinq essais ratés, je suis enfin arrivé au genou, en attendant qu’il glisse, je me suis lentement étiré vers le haut, avant d’atteindre le repos du milieu, puis j’ai lutté jusqu’en haut. Un des enchaînements les plus techniques que j’ai jamais accompli. »

L’article Dave Graham enchaîne le bloc en 8C le plus technique de sa carrière ! est apparu en premier sur Grimpeez.

Katherine Choong enchaîne ‘La Ramirole’ (150m 8b), dans les gorges du Verdon.

27 avril 2022 à 15:09
Par : Rédaction

Katherine Choong a repris de l’activité en grandes voies avec l’enchaînement de La Ramirole (150m 8b), dans les gorges du Verdon. La grimpeuse Suisse a eu besoin de six jours de travail sur la ligne avant de réaliser l’ascension libre souhaitée. Katherine Choong a admis que lorsqu’elle est arrivée dans le Verdon cette année, « je ne savais pas si je serais assez en forme pour grimper La Ramirole. En fait, le premier jour, je n’ai pas pu enchaîner plus de quelques mouvements d’affilée. Jour après jour, mon corps s’est adapté, j’ai trouvé des solutions et lorsque je me sentais en mode « enchaînement », rien ne pouvait alors m’arrêter ».

Le Ramirole est une voie de 150 mètres de long divisée en cinq longueurs : L1 8a+, L2 8a, L3 8b, L4 8a et L5 6c.  Elle longe un long mur abrupt et les sections les plus esthétiques sont sur de longues colonnettes. Toute la ligne est un véritable marathon d’endurance, qui a mis Katherine en difficulté lors de ses premières tentatives d’enchaînement. « Le jour où je l’ai fait, j’ai fait toutes les longueurs sans une seule chute, mais ce n’était pas facile. Chaque longueur était une véritable bataille », a déclaré la Suissesse.

La grimpeuse, âgée de 30 ans, est devenue mondialement connue en août 2018 lorsqu’elle a gravi sa première voie cotée 9a, La Cabane Au Canada 9a en Suisse.

L’article Katherine Choong enchaîne ‘La Ramirole’ (150m 8b), dans les gorges du Verdon. est apparu en premier sur Grimpeez.

Chaussures Circuit de Black Diamond – Test & avis

27 avril 2022 à 13:24
Par : Angélique

Le modèle dont nous allons vous parler dans cet article, est le CIRCUIT APPROACH SHOES de Black Diamond. Ce modèle récent a déjà fait ses preuves auprès des grimpeurs mais nous allons vous proposer une présentation testée du produit !

L’été dernier, avant de partir pour un climbing trip à Ailefroide et tester les dalles granitiques en plein coeur du massif des Ecrins, nous avons eu la chance d’être accompagnés par la marque de sport Black Diamond. Nous avons ainsi pu tester dans les meilleures conditions ces chaussures d’approches, et nous allons faire le point pour vous.

Présentation de la Circuit chaussure d’approche homme, de Black Diamond

Tout d’abord, elles ont été conçues par Black Diamond Equimnent, un créateur développeur, fabricant et distributeur de matériel d’escalade, de montagne, de ski et d’équipements de survie basé aux USA.

Si vous recherchez des chaussures d’approche confortable, esthétique et bien sûr de qualité, alors cette paire va vous plaire !

« Conçue pour un confort ultime, la chaussure Circuit est technique, ultra-adhérente, ultra-résistante, ce qui en fait une chaussure performante, idéale aussi bien pour des sessions en salle, en extérieur que pour les moments de détente au café. Dotée d’une tige en maille respirante pour une régulation thermique et d’un talon bas repliable qui peut facilement se rabattre et devenir une chaussure à enfiler, la Circuit permet également les marches d’approche grâce à sa semelle extérieure BlackLabel-Street adhérente en gomme. Le renfort de protection en gomme au bout de la chaussure vous apporte plus de sécurité et les boucles de sangles permettent de nombreuses possibilités pour les accrocher à votre sac pour passer du sentier à la falaise. »

Spécificités techniques

  • Tige en maille respirante, résistante et de qualité supérieure
  • Semelle BlackLabel-Street en gomme adhérente
  • Renfort en gomme au niveau des orteils
  • Semelle intermédiaire moulée en EVA ultra confortable
  • Talon rabattable pour un usage facile à l’intérieur comme à l’extérieur
  • Boucles de sangles offrant différentes possibilités d’accrochage à votre sac

Test et avis de la Circuit chaussure homme, de Black Diamond

Ces chaussures d’approches étant légères et avec une boucle de sangle au talon, elles sont particulièrement bien adaptées à la grande voie. En effet, vous n’aurez pas de difficultés à les accrocher avec un mousqueton sur votre baudrier ou a les porter dans votre sac à dos lors de votre ascension du fait de leur faible taille et poids.

En termes d’avantages, il y a également le fait que le talon ce rabatte. Ce qui est appréciable après une escalade, d’enlever les chaussons qui nous compressent les orteils et d’enfiler facilement ses chaussures sans être trop serré mais plutôt aéré !

Chaussures Circuit de Black Diamond, Ailefroide, 2021

Pour terminer, ce qui nous également marqué, c’est le renfort de protection en gomme en bout de chausson. A la vue de la chaussure, nous étions mitigé sur sa qualité et son efficacité en tant que chaussures d’approche pour marcher sur des chemins caillouteux ou au travers de rochers. Ces chaussures à première vue nous faisaient penser plutôt à des chaussures de ville sportwear. Cependant, nous avons été surpris par leurs propriétés à tenir le pied et à amortir les sentiers. Leurs semelles sont composées de la gomme BlackLabel-Street qui vous offre une bonne adhérence. Nous avons énormément appréciés marcher avec ces chaussures sur tout types de sentiers, d’autant plus que leur tige en maille est respirante, ce qui nous a permis d’être confortable toute la journée.

Acheter le produit

A voir aussi dans la gamme Black Diamond

Sac à magnésie, Gym Chalk Bag de Black Diamond
Baudrier femme Le Momentum de Black Diamond
Baudrier Solution édition Alex Honnold 
Session Suede de Black Diamond
Prolighter 30+10L de chez Millet – Test & avis

L’article Chaussures Circuit de Black Diamond – Test & avis est apparu en premier sur Grimpeez.

Casque d’escalade Vision de Black Diamond – Test & avis

25 avril 2022 à 08:58
Par : Angélique

Le casque Black Diamond est devenu une référence en escalade. En août dernier, on partait sur Ailefroide avec nos casques VISION HELMET pour faire des grandes voies sur les belles dalles granitiques de cette vallée.

Aujourd’hui, on vous propose un article sur les caractéristiques de ce casque après test ! Nous l’avons depuis bientôt un an et il ne nous a pas déçu !

Présentation du casque Vision Helmet, de Black Diamond

« Le casque Vision, casque en mousse le plus résistant de la gamme Black Diamond combine la mousse EPP, un rond de mousse EPS et une coque en polycarbonate qui permet de vous éviter coups et bosses, tout en restant extraordinairement léger avec seulement 210 grammes. La protection latérale et arrière améliorée ajoute un nouveau degré de protection qui satisfait les exigences des normes UIAA alors que les aérations placées de manière stratégique laissent l’air circuler même sous de fortes chaleurs. Le système de maintien et la jugulaire apportent au casque Vision un style épuré et les crochets intégrés pour frontale sont petits de sorte qu’ils ne s’accrochent pas aux sangles d’épaules et vous permettent de facilement éclairer votre chemin sur des voies en fin de journée. »

Modèle : mixte

Caractéristiques

  • Le casque en mousse le plus résistant de la gamme Black Diamond est issu de la combinaison d’EPP, d’EPS et d’une coque en polycarbonate.
  • Système de suspension à volume réduit
  • Léger avec ses 210 grammes
  • Crochets intégrés pour frontale
  • Coussinets en Velcro amovibles/inversés

Spécificité techniques

  • Tailles  [S/M] 53-59 cm (21-23 in) / [M/L] 58-63 cm (23-25 in)
  • Le Poids  [S/M] 215 g (7.5 oz) / [M/L] 225 g (7.9 oz)

L’avis de la rédaction concernant le casque Vision Helmet de Black Diamond

Tout d’abord, à l’apparence, ces casque semblent épurés et léger. Ils ressent esthétiques avec leurs couleurs sobres et modernes. Cependant, nous étions dubitatif sur le côté mousse.

Après nous être renseignés et l’avoir testé, nous avons remarqué qu’effectivement, ce casque en mousse était le plus résistant de la gamme Black Diamond. Cela s’explique par la combinaison de la mousse EPP, un rond de mousse EPS et d’une coque en polycarbonate. En d’autres termes, l’EPP est du polypropylène expansé, un matériau de bonne résistance.

Non seulement il est le plus solide de la gamme, mais il est aussi léger. Cela n’est pas négligeable lors d’ascension de grande voie ou d’escalade pendant toute une journée. Il était donc confortable à porter et cela faisait toute la différence ! De plus, le système de maintien et la jugulaire apportent au casque Vision un style épuré.

Si vous recherchez un casque résistant, léger et stylé, vous êtes sur le bon modèle !

Acheter le produit

A voir aussi dans la gamme Black Diamond 

Sac à magnésie, Gym Chalk Bag de Black Diamond
Baudrier femme Le Momentum de Black Diamond
Baudrier Solution édition Alex Honnold 

Autres marques

Sac à dos Prolighter 30+10L de chez Millet – Test & avis

Sac de couchage Light Down-5° de Millet – Test & avis

L’article Casque d’escalade Vision de Black Diamond – Test & avis est apparu en premier sur Grimpeez.

Film – Les heures suspendues

22 avril 2022 à 11:57
Par : Angélique

Réalisé par Christophe Raylat, ce film est issu d’un projet d’amitié entre Stéphanie Bodet, Sylvain Tesson, Daniel du Lac et Christophe Raylat. Les quatre compères sont partis tous les quatre pour traverser les Calanques de Marseille en enchainant des grandes voies historiques et engagées.

Pendant 22 minutes, nous pouvons admirer Stéphanie Bodet et Sylvain Tesson traversant une falaise de calcaire au-dessus de la mer, dans les calanques de Marseille. Leur quête ressemble à celles des chevaliers de la légende arthurienne, à la poursuite de l’aventure, de la beauté et de l’amour.

Bercés tout au long du film par des images incroyablement poétiques de cette aventure verticale et verbale, la cordée nous invite à repenser le monde avec eux.

Ce film a eu l’honneur d’être projeté dans des Festivals de film d’aventures, comme par exemple à Dijon à l’occasion des 30 ans du festival.

Il est également à ce jour en ligne, vous trouverez le lien ci-dessous.

Bande annonce du film

L’article Film – Les heures suspendues est apparu en premier sur Grimpeez.

Livre – Là-haut, mammifères d’altitude

19 avril 2022 à 08:45
Par : Angélique

« On la trouve en porte-clés chez tous les buralistes des villages de montagne. Ce rongeur sympathique est depuis longtemps le symbole des montagnes. »

p.66

Présentation par la rédaction

Est-ce que vous avez devinez de quel animal il s’agit ?

Oui, c’est bien la Marmotte ! L’auteur du livre, Hervé Frumy, nous dévoile ici les principaux éléments sur la vie des mammifères des montagnes que nous côtoyons sans même le savoir ! C’est à travers une illustration remarquable qu’au fils des pages, nous découvrons la vie des animaux, pour mieux les comprendre et apprendre à respecter leurs espaces naturels de vie.

Nous remercions chaleureusement les Editions du Mont-Blanc pour leur collaboration littéraire qui nous permet de partager des livres éducatifs, dans le but de sensibiliser le public à l’environnement naturel, notamment les montagnes. 

Résumé

« De belles images, des textes simples, pour faire découvrir une quinzaine de mammifères vivant en montagne. Le chamois, le bouquetin, le mouflon, le sanglier, le cerf, le chevreuil, le loup, le lièvre, la marmotte, l’ours, ….

Deux personnages, Agathe et Momo, présents au fil des pages, commentent les scènes comme pourrait le faire le jeune lecteur. Un livre qui stimule l’imagination des enfants et les éveille au monde passionnant des animaux de la montagne. »

Informations spécifiques

Date de parution : 7/07/2021

Collection : Éditions du Mont Blanc

Livre illustré

Taille : 17 x 23 cm

Nombre de pages : 84

Prix: 17,80€

Dans la même collection, à lire sur Grimpeez 

Là-haut, oiseaux d’altitude – TOME 2

Là-haut, alpage et estive – TOME 3

Dans notre rubrique « Livre » à lire également 

Livre – Faune et flore de nos montagnes

Bonne lecture!

L’équipe Grimpeez.

L’article Livre – Là-haut, mammifères d’altitude est apparu en premier sur Grimpeez.

Une nouvelle proposition de voie en 9b pour Loïc Zéhani ! 58 voies en 9+ au total !

18 avril 2022 à 16:19
Par : Rédaction

Loïc Zehani a réalisé la première ascension de « Chikane« , à Orgon. Le sudiste de tout juste 20 ans a proposé une cotation de 9b pour cette voie de 30 mouvements et si cette difficulté est confirmée, ce sera le deuxième 9b de son carnet de son carnet de croix. Sur le même secteur, en octobre 2019, il avait enchainé « Obsession« , une ligne pour laquelle il a proposé la même cotation et qui attend toujours des répétitions.

Orgon est une falaise située en Provence, dans le sud-est. La falaise, haut lieu de la haute difficulté en France dans les années 90 compte désormais plus de 400 voies équipées et constitue le terrain de jeu préféré de Loïc. Sur cette seule falaise, le jeune mutant a déjà accumulé 10 voies en 9a, cinq 9a+ et deux propositions de voie en 9b, les précitées Chikane et Obsession.

Loïc a toujours été discret et bien qu’il soit aujourd’hui l’un des grimpeurs les plus actifs en France, nombre de ses ascensions n’ont pas suscité l’intérêt médiatique qu’elles méritent, car elles sont située en dehors des falaises à la mode. En France, il compte un grand nombre de premières ascensions et a également pu répéter et fait des lignes qui étaient pratiquement oubliées.

Loïc Zéhani à réaliser 58 voies dans le neuvième degré, ce nombre de voies réalisées fait de lui le deuxième meilleur grimpeur en falaise français, derrière Seb Bouin qui en accumulent 72 de son côté.

L’article Une nouvelle proposition de voie en 9b pour Loïc Zéhani ! 58 voies en 9+ au total ! est apparu en premier sur Grimpeez.

Une salle d’escalade s’enflamme dans un incendie monumental !

18 avril 2022 à 15:52
Par : Rédaction

C’est hier dans l’après-midi qu’un couple de promeneurs à donner l’alerte au pompier signalant « une fumée sur le toit d’un bâtiment ». L’équipe de la salle d’escalade grimper.ch n’avaient alors rien remarquer et c’est un coup de fil des pompiers qui leurs à signaler.

Ils ont ainsi pu faire sortir dix personnes dont un enfant présent au sein de l’entrepôt qui abritait la structure d’escalade. Ceci avant qu’une partie du toit qui accueillait des panneaux solaires ne laisse tomber les braises sur les tapis de la salle d’escalade.

Les tapis de mousse se sont alors embrasaient laissant place à un incendie aussi massif qu’impressionnant !

«Les braises sont tombées sur les tapis de grimpe, extrêmement fumigènes»

D’épaisses fumées noires se sont alors échappées de l’entrepôt visible jusqu’en Haute Savoie. L’incendie n’a fait aucun blesser et a été maîtriser en fin d’après-midi dimanche.

Avec ses 4500m2 grimpable, la salle d’escalade Satigny était l’une des plus grandes et belles du pays romand. Les grimpeurs locaux espèrent déjà le retour de leur terrain de jeu favori.

L’article Une salle d’escalade s’enflamme dans un incendie monumental ! est apparu en premier sur Grimpeez.

« Friends of the grit », Siebe Vanhee visite la mecque du Trad : Peak District

17 avril 2022 à 17:22
Par : Rédaction

Vous arrive-t-il de regarder des pays autres que le vôtre et de vous dire :  » Wow, c’est plutôt bizarre…  » ?
Mettez cette idée en rapport avec l’escalade, et vous verrez un foyer d’étrangeté lorsqu’il s’agit des différences culturelles entre sa pratique dans différents pays. Mais si vous grattez sous la surface, vous commencerez à voir les traditions, l’éthique et, plus important encore, les histoires qui se cachent derrière les raisons pour lesquelles l’escalade est pratiquée de tant de façons dans le monde.

C’est (peut-être) avec cette idée en tête que le grimpeur belge Siebe Vanhee a fait le pèlerinage à l’épicentre de l’éthique de l’escalade, Peak District.
Accompagné d’un mélange de légendes britanniques, fermement établies ou en devenir, Siebe Vanhee recherche le meilleur de ce que l’escalade en Trad britannique a à offrir !

L’article « Friends of the grit », Siebe Vanhee visite la mecque du Trad : Peak District est apparu en premier sur Grimpeez.

❌